Comment reconstruire la ville sur la ville

Le dernier conseil municipal champagnolais a abordé la stratégie de reconquête à mener pour que de nouveaux logements proches du centre puissent naître. Pas moins de 70 pour cette première réflexion.

0
52
Le bâtiment historique de l'hôpital de jour pourrait accueillir une dizaine de logements d'habitation. Crédit photo @CHS Saint-Ylie Jura

D’un côté 130 à 150 logements vacants, le plus souvent peu ou pas entretenus et trop petits (moins de 60, voire 40 m2 pour leur majorité). De l’autre, des seniors entre autres  –parfois venus du haut-Jura- désireux de trouver en ville tous les services pour finir leurs vieux jours. La ville de Champagnole s’est emparée de cette équation pour tenter d’y apporter une solution, en commençant par trois secteurs : Boulevard, Forge de la Serve et vieil hôpital. Selon son maire, Guy Saillard, l’hôpital de jour (centre médico-psychologique) qui sera bientôt désaffecté recèle un riche potentiel : 7000 m2 (dont 6000 m2 appartiennent déjà la commune). « Nous pourrions mettre en valeur cet îlot situé au centre ville (près de Belle-Frise N.D.L.R.)…/…pour y construire des pavillons jumelés » : 6 de 70 m2, et 10 de 100 m2 qui occuperaient l’espace laissé vacant par la démolition de bâtiments périphériques.
Le superbe bâtiment historique, situé au centre de la parcelle, pourrait quant à lui être réhabilité afin d’accueillir 10 logements, soit un potentiel total de 26 habitations.

Des pavillons aussi sur la friche Riskoff ?

Vingt quatre appartements pourraient aussi pousser aux anciennes Forges de la Serve : « trois à quatre bâtiments de qualité de 2 ou 3 étages chacun » a détaillé Guy Saillard, avec de belles terrasses ou des jardins donnant sur la rivière d’Ain. L’occasion peut-être de ressortir des cartons un projet de passerelle piéton imaginé dans les années 1990-2000 ? Cela permettrait ainsi aux résidents de traverser l’Ain pour rejoindre le centre ville tout proche. Dernier volet de ce triptyque urbanistique, le secteur du Boulevard : 20 logements en pavillons jumelés (duplex) pourraient aussi pousser à deux pas du centre-ville en réaménageant le boulodrome et l’ancienne école.
Tous ces projets, issus d’une étude menée en 2019 par Etienne Guinchard, doivent désormais être discutés avant d’aller plus loin. Clément Pernot, président de la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura, a également fait part des ses ambitions pour la friche industrielle Riskoff. Un site à haut potentiel qui pourrait être réhabilité en logements par la coopérative la Maison pour tous moyennant « un coût phénoménal » a toutefois prévenu Clément Pernot, en raison des travaux de déconstruction, désamiantage, voire de dépollution des sols à prévoir.

Les animations de l’été reprennent en mode secure

Le grand prix cycliste ouvrira le bal le vendredi 11 juin à 20 heures sur l’avenue Edouard Herriot. Ensuite, « la fête foraine aura bien lieu du samedi 19 au lundi 21 juin, et jusqu’à 23 heures » a confirmé Guy Saillard, une décision découlant des nouvelles directives nationales.
Par conséquent, la fête de la musique a été avancée au vendredi 18 juin, afin de ne pas faire doublon : « tout se déroulera en extérieur, rien à l’Oppidum » a-t-il rappelé. Pour respecter la sécurité sanitaire, « aucune buvette » n’aura droit de cité mais l’évènement marquera le coup d’envoi des festivités d’été.
Même si les spectacles à grosse jauge (comme les spectacles pyrotechniques) seront encore bannis, le cœur de la cité battra à nouveau la chamade et en cadence avec plusieurs concerts place de la mairie à partir de la mi-juillet. De quoi retrouver (enfin) le goût de la vie, avec en prime le Tour de l’Avenir cycliste le 19 août entre Champagnole et Septmoncel (Les Molunes).