Les commerçants ont gardé le cap malgré le couvre feu

Le confinement peut-il profiter au commerce local ? Il semblerait que oui... Explications.

0
374
Les cafés de Saint-Claude ont été les premiers à fermer suivis de tous ceux du Jura.

Selon Michel Dronier, président de la Fédération Jura commerces (FJC), le couvre-feu n’a pas impacté significativement les 4.500 commerces du Jura, hormis bien sûr la fermeture des cafés pour lesquels « il faut des mesures de l’Etat à hauteur de cette décision ». Quant aux restaurants, ils pourraient voir une « relocalisation » de leur clientèle, puisqu’il sera difficile d’aller diner loin le soir. Pour le reste, les commerçants en général surfent sur la suite d’un été où « ils ont super bien travaillé ».
A charge pour eux désormais de rassurer leurs clients via un protocole sanitaire adéquat : Michel Dronier conseille son affichage « dès l’entrée des magasins » pour éviter les loupés. Mais il insiste surtout sur deux dispositifs à mettre en place pour s’adapter à l’air du temps : « assurer une livraison à domicile si le client le souhaite, et en parallèle un système de click and collect ». A savoir donc une commande effectuée à distance, le client ayant juste besoin de la récupérer en magasin à l’heure dite. « Nul besoin d’un site internet compliqué pour ce faire » précise le patron des commerçants : « On ne peut pas concurrencer Amazon et ses plus de 2 millions de références », donc un simple coup de fil peut suffire pour réserver ses produits ou services.
Reste cependant la psychose collective qui pourrait réduire leur fréquentation…

Les bars restaurants au régime sec

« Certains sont anéantis et craquent ou pleurent » : Patrick Franchini, président de l’Union Départementale des Métiers des Industries de l’Hôtellerie du Jura (UMIH), a constaté que le couvre-feu a été la goutte de trop pour certains patrons de bars-restaurants jurassiens.
« Écœurement et lassitude prévalent et plusieurs ont préfèré baisser le rideau pour 6 semaines plutôt que de fermer leurs portes à 21 heures ».
Six semaines, une éternité pour les bars fermés de jour comme de nuit…
Les restaurants semblent pour leur part mieux armés, avec le soutien de l’Etat. « Des avances de trésorerie ou des prêts qu’il faudra honorer » rappelle toutefois le patron des gens du métier, donc pas de cadeaux gratuits… La plupart des établissements ont ajusté leur activité pour sauvegarder leur recette du soir en moyenne « 20% plus élevée que celle du midi » selon Patrick Franchini : service avancé à 18h30 (car il doit s’arrêter vers 20h30 pour laisser les clients regagner leur domicile), livraison à domicile, etc.
Pour les restaurateurs mieux vaut au final être au régime sec que de jeûner.
Désormais, avec le nouveau reconfinement annoncé mercredi, chacun va devoir se réinventer pour tâcher de faire survivre son activité…