Les 10 ans de la Com Com Petite Montagne, fêtés à Saint-Julien

Accueillir, accompagner et oser …

91
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

La salle des fêtes de Saint-Julien-sur-Suran, était complète pour fêter les 10 ans de la Com Com Petite Montagne. En effet  les anciennes Com Com Val Suran Petite Montagne  et Valous’Ain ont uni leurs destinées dès le 1er janvier 2008. Le Président Jean-Louis Delorme et toute son équipe avait bien fait les choses pour cet évènement fédérateur devant Le préfet Vignon, les conseillers départementaux Hélène Pelissard et Jean-Charles Grosdidier et face à un parterre d’élus, maires, conseillers etc.
En effet il a énoncé trois objectifs de cette cérémonie, montrer les réalisations faites collectivement pendant ces 10 ans, indiquer quelques perspectives ou feuilles de route, et enfin fêter les victoires pour se parler. Puis ce fut un petit film de 10 minutes retraçant un peu tout cela, les réalisations, les perspectives et l’avenir à construire ensemble avec la constitution d’une nouvelle intercommunalité plus grande.
Jean-Louis Delorme a ensuite rappelé l’investissement global de 35 millions d’euros et invité à “oser le débat, sur un territoire plus grand pour être plus fort tous ensemble, tout en gardant les spécifiés de chacun”.

Il y a des soirs comme ça…

«Quand on crée une structure, il faut qu’elle soit efficace, et porter des projets, qui aboutissent, puis développer un territoire, c’est lui donner une âme une identité de manière équilibrée en privilégiant tous les secteurs, et enfin il faut bien écouter les concitoyens. C’est tout cela que vous avez réussi à faire » observait le représentant de l’État.
Petite contrariété, à l’issue de la soirée, certains convives ont retrouvé sur leur pare-brise, une contravention. Effet il y avait beaucoup de monde et peu de place pour garer les véhicules. Alors quelques-uns ont été plutôt larges avec le code de la route et la réglementation du stationnement. Mais les services de verbalisation n’ont pas été des plus indulgents, malgré la fête des 10 ans…
Plusieurs convives particulièrement remontés dénonçaient qu’il fallait bien «garnir les caisses de l’État après les pertes enregistrées sur les radars vandalisés et inutilisables ». Une jolie fausse note, pour une cérémonie qui se voulait confraternelle…