Le village de La Châtelaine serait-il un vivier d’écrivains ?

155
La séquence écriture : l'imagination est en marche.

Un samedi par mois de septembre à mai et depuis plus de dix ans, les personnes qui ont envie ou même besoin de jeter des mots sur le papier se rencontrent à La Châtelaine pour s’adonner à leur passion : écrire. Il ne s’agit pas là d’une thérapie, même si quelquefois « il arrive que par l’écriture on exprime des choses qu’on ne dirait pas facilement, explique Anne-Lise, mais ce n’est pas le but recherché ».
« La qualité de l’écriture n’est pas la recherche numéro un. On est là pour écrire chacun avec sa pauvreté ou sa richesse de ses écritures, et écouter les autres avec sa richesse ou sa pauvreté de compréhension. », ajoute Yves.

Chaque atelier est une surprise

A chaque rencontre une personne est désignée pour animer la séance suivante. Elle sera en charge de choisir un thème autour duquel les participants devront imaginer une histoire, pas une histoire commune mais chacun la sienne.
Pour le dernier atelier de l’année, tout le monde avait rendez-vous à Pagnoz dans l’atelier du peintre Yves Gravel. L’artiste, animateur du jour avait prévu un programme exceptionnel avec comme thème : les contes pour enfants. Les exercices visaient à créer une histoire, des personnages, à les décrire, à les mettre en action. La particularité était que les exercices d’écriture alternaient avec la lecture des textes comme à l’habitude mais aussi avec des réalisations graphiques représentant le personnage principal ou son habitation …
« C’est un excellent moyen de conserver notre créativité, notre spontanéité, il s’agit vraiment d’improvisation », « il ne faut pas se mettre de barrière, il ne faut pas se censurer », s’accordent à dire tous les participants

Séquence dessin : chacun doit dessiner le personnage de son histoire.
Daniel lui a dessiné un cheval, le héros de son histoire.