Rentrée sous tension au Smur 2 Jura sud

La décision « pas inhabituelle » de le fermer 15 jours en période estivale selon le directeur de la communauté hospitalière, ne rassure pas certains médecins urgentistes qui pointent de nombreuses épées de Damoclès.

154
Ce véhicule Smur était le seul à opérer sur un vaste secteur du Jura sud.

Du 19 juillet au lundi 2 septembre, le 2e équipage de Smur a été fermé : les plus de 100.000 jurassiens protégés par celui-ci lorsque le Smur 1 est en intervention ont du s’en remettre –le cas échéant- à d’autres Smur venus de Saint-Claude, Champagnole, Chalon-sur- Saône, etc. Une décision qui a fait à nouveau réagir certains urgentistes, comme le Dr Yves Duffait, estimant que la réorganisation évoquée par la direction aurait pu prendre effet le 19 août.
Au terme de cette réorganisation, le Smur 2 doit être conduit par des ambulanciers privés (essentiellement les ambulances Dupuis), mais selon Guillaume Ducolomb, directeur de la communauté hospitalière Jura sud, leur formation aux secours médicaux urgents n’est pas tout à fait terminée. « Nous souhaitons que cette ré-organisation soit la plus secure et se passe le mieux possible », d’où la décision de ne pas la mettre en œuvre fin août.
Autre hypothèse mise de côté par la direction : « générer des heures supplémentaires, en rappelant les ambulanciers (agents publics affectés désormais à des transports inter-hospitaliers) du Smur 2 sur leurs congés ». Pour Guillaume Ducolomb, la fermeture du Smur n’avait rien d’inhabituel au plan national en période estivale, citant par exemple « une ligne de Smur fermée à Besançon cet été ».

« Une perte de chances de survie »

Sur sa page Facebook, l’association « Du blanc pour sauver des vies » a cependant annoncé le 26 août au matin : « 4h du matin. Seul SMUR disponible en transfert urgent pour infarctus (à Bourg en Bresse). Arrêt cardiaque chez un autre patient de 65 ans (domicilié ​près d’Orgelet à Chaveria). Pas de SMUR disponible. Ni de Lons, ni d’ailleurs ». Selon Eric Loupiac, délégué de l’AMUF (association des Médecins Urgentistes de France), et médecin de garde cette nuit là, les pompiers auraient été dépêchés mais n’auraient rien pu faire. Il ajoute : « On peut dire que ce patient a eu une perte de chances du fait de la fermeture du Smur 2.
Ce dernier ne l’aurait peut être pas sauvé, mais sa fermeture lui a considérablement diminué ses chances de survie. Il fait peut-être partie des 40 vies humaines » qui étaient sauvées chaque année par le 2e équipage du Smur Jura sud. Selon lui, de nombreux points montrent qu’on va dans le mur : ​« Les transports secondaires ne sont pas assurés par le CHU de Besançon », ce qui a conduit dernièrement à mettre la vie d’un autre patient en jeu, faute de Smur 2.
Enfin, l’ambiance dans le service serait très délétère : « Des médecins qui ​devaient rejoindre les urgences ne viendront pas, un des nôtres envisage de renoncer à la spécialisation urgentiste”, etc. La rentrée promet donc d’être chaude…

Stéphane Hovaere

L’ex maternité de la Ferté vendue

Ce bâtiment emblématique, qui a vu naître plusieurs générations de lédoniens, abrite l’unité d’évaluation et de traitement de la douleur, dirigée avec efficacité par le Dr Laurent Balp. Selon Guillaume Ducolomb, l’ex-maternité serait en principe cédée le 2 septembre au Centre Hospitalier Spécialisé du Jura Saint-Ylie, qui pourrait y regrouper entre autres plusieurs activités quelque peu éparpillées à travers la ville préfecture. Le service du Dr Balp intégrerait quant à lui l’enceinte de l’hôpital, dans une aile vouée à accueillir davantage de services de soins.

Davantage de places de parking dans l’hôpital

Selon Guillaume Ducolomb, de nombreux travaux ou réaménagements sont d’actualité au sein même de l’hôpital lédonien. Parmi ceux-ci, le transfert des places de parking réservées aux médecins du côté de l’IFSI (Instituts de Formation en Soins Infirmiers). Grâce à ce transfert, de nombreuses places de stationnement pourraient être dévolues aux patients au cœur même de l’hôpital, sous des conditions restant à préciser.