Le Range Evoque a un charme fou

380

Le succès du Range Evoque ne se dément pas. Véritable joyau de la couronne britannique, le SUV premium a su faire de l’ombre au grand nom du luxe allemand avec une proposition moderne, confortable et admirablement dotée.

C’est un beau cadeau que les designers de Land Rover ont laissé dans les cartons lors de la passation de pouvoir entre BMW, alors propriétaire du constructeur britannique, et le groupe Indien Tata en 2008 : les plans d’un innovant concept de crossover 3-portes coupé, alors baptisé LRX. À cette époque, le genre n’avait que quelques représentants qui étaient loin de connaître l’implacable succès que l’on observe aujourd’hui. Les nouveaux décideurs ne s’y sont pas trompés : ils tenaient là un nouveau joyau qui allait permettre à la marque britannique de sortir d’une période creuse. Trois ans plus tard, l’Evoque était né et avec lui une saga couronnée de succès. Près d’un million de ce modèle a été vendu à travers le monde depuis sa sortie.

Séduction massive

Tout au long de son insatiable conquête, l’Evoque a su évoluer pour séduire toujours davantage. Une seconde génération a pris la route qui, sans révolutionner une base solide, est parvenue à capitaliser sur ses points forts. Les évolutions ne sont pas flagrantes. L’Evoque semble avoir repris à son compte la doctrine du premium allemand : rien ne ressemble plus à un ancien modèle qu’un nouveau. Pour autant, les mutations sont plus fines qu’il n’y paraît. L’ensemble gagne en maturité, et la pureté des lignes, déjà le point fort de l’Evoque à ses débuts, s’élève à un niveau rarement atteint. Le concept de base est conservé avec cette ceinture de caisse très haute, son vitrage dont la continuité impressionne et cette minuscule lunette arrière qui renforce le style coupé. La parenté avec le Velar est indéniable avec le bandeau noir entre les feux arrière et, surtout, les poignées de portes dissimulées dans la carrosserie. À l’intérieur, la proposition est d’un luxe absolu. Le double écran tactile, l’instrumentation entièrement numérique renforce la modernité d’un habitacle qui associe à la perfection classicisme et hautes technologies. Caméras omniprésentes, rétroviseur vidéo, intelligence artificielle, conduite semi-autonome et affichage tête haute font partie des innombrables assistances et dispositifs ultramodernes.

Assurance et charisme

Le petit Range repose sur une nouvelle plateforme qui lui permet de gagner 2 cm et une habitabilité accrue. Cette architecture permet l’intégration de 6 moteurs 4-cylindres – deux essence et deux diesel – dont les puissances varient entre 150 et 300 ch, l’essence débutant à 200 ch. Tous ces moteurs font le pari de l’hybridation légère de 48 volts, en attendant une déclinaison hybride dont le prototype a été aperçu fin janvier et qui arrivera d’ici l’été. L’ensemble offre un agrément de conduite inégalé et un comportement sans faille.
L’Evoque ne brade cependant pas ses immenses qualités. Le diesel de 150 ch accroche un premier prix à 39 350 €, l’essence (200 ch) s’affiche 6 350 € plus cher. Les joyaux ont un prix.

Fiche technique Range Rover Evoque 2.0 D240

Boîte de vitesses : BVA9
Puissance (ch) : 240
Cylindrée (cm3) : 1 999
Couple (Nm) : 500
Longueur : 4,37 m
Largeur : 1,90 m
Hauteur : 1,65 m
Empattement : 2,68 m
Garde au sol : 21 cm
Volume du coffre : de 591 à 1 383 l
Capacité du réservoir : 54 l
Vitesse maxi (sur circuits) : 217
Accélération (en s pour 0-100 km/h) : 7,3
Émissions de CO2 (g/km) : 188