Le président de la Fédération Française de Sport Boules de passage à Auxonne

La Ligue de Bourgogne Franche Comté de Sport-boules a accueilli Bernard DAUBARD, président de la Fédération Française de Sport Boules (FFSB), le jeudi 24 juin à Auxonne. Les membres du Comité directeur et les présidents des Comités départementaux ont assisté à cette réunion d'informations et d'échanges.

0
237

C’est au club-house de La Boule Auxonnaise, qui, de mémoire d’anciens, recevait officiellement pour la première fois de son histoire un président de sa Fédération, que s’est déroulée cette réunion très enrichissante préparée dans les moindres détails par Louis Lanni, président du club,  président du Comité départemental de la Côte d’Or et secrétaire de la Ligue Bourgogne Franche Comté.

Un tour de France des Ligues.

Depuis sa récente élection à la tête de la FFSB, Bernard Daubard, a souhaité prendre la température sur le terrain en entamant un tour de France des Ligues :  » Il faut que je connaisse les gens et leurs problématiques », précise le président. La chute du nombre de licences en BFC dans la moyenne nationale est  de 20 %. Les actions menées pour favoriser la reprise après de longs mois d’arrêt ont été les premières indications écoutées avec attention par Bernard Daubard. « Vous avez exposé les problèmes que l’on rencontre partout », reconnaissait Bernard Daubard avant de donner des précisions sur les actions de relance de la Fédération, avec notamment une remise de 8 € sur le prix des licences : « Cette baisse ne sera ressentie que si les Ligues et les Comités font l’effort pour accompagner cette aide de sorte que le licencié aura une baisse significative », précisait-il.

Remuer tout ça !

Le président veut également moderniser le sport boules : « En trois ans nous devrons  stucturer nos clubs, notre sport n’a pas bougé, rien n’a bougé, tout est figé et il va falloir remuer tout ça ! le développement passe par là. Une fois qu’on aura restructuré nos clubs, on pourra s’en servir de base pour développer, on aura des gens motivés », martèle le président qui annonce l’objectif de passer dans un premier temps à 4000 licenciés. Concernant les jeunes : « On n’a pas les structures, on n’a pas les gens pour les accueillir, le format de jeu  est à revoir, etc. : c’est sûr! Aussi, le souhait du gouvernement c’est que les professeurs d’EPS soit impliqués, en faisant participer le corps enseignant à notre sport. On a une chance de ramener des enfants, il n’y a pas d’autre alternative ». Pour cela, la Fédération est aussi en train d’imaginer un kit léger que les enseignants installeront eux-même dans les cours d’école et qui restera à disposition de l’école. « Après il faut rentrer dans la professionnalisation des formateurs, moniteurs et entraîneurs », poursuit Bernard Daubard. Attirer de nouveaux publics venant d’autres sports est aussi une piste décrite par Bernard Daubard qui compte bien redonner du peps au sport boules au niveau national et aussi à l’international :  »  La vitalité du sport boules dans le monde dépend de la France. En septembre  je vais commencer par lancer le centenaire du sport boules qui correspond en fait au centenaire de propagation du sport boules dans le monde. Tout est venu de la France !