Jura. Le parolier de Jean Ferrat honoré à Pillemoine

Quelques semaines après le décès de Guy Thomas, une fontaine porte désormais son nom.

152
Hervé Girardot, était entouré de Clément Pernot (à sa d.) et de Christian Prud'homme, patron du Tour de France (à sa g.).

Si vous passez à Pillemoine, rapprochez-vous de la fontaine et tendez l’oreille. Peut-être vous murmurera-t-elle quelques paroles de “Je ne suis qu’un cri” ou “La porte à droite” ou “Le bruit des bottes” ? Des ‘tubes’ chantés par l’illustre Jean Ferrat sur des paroles de Guy Thomas, non moins illustre habitant de Pillemoine depuis 34 ans. Une figure locale au demeurant “très simple, très discrète” selon le maire du village, Hervé Girardot. Moins d’un mois après le décès de l’homme de lettres (le 19 janvier), la commune a souhaité lui rendre hommage en donnant son nom à la fontaine restaurée. “Tout cela était prévu avant son décès, Guy Thomas avait même composé une poésie dédiée à  Pillemoine” contextualise Hervé Girardot. Une poésie fidèle à cet écorché vif, s’insurgeant encore à 86 ans contre des lois iniques sacrifiant les petites communes et la ruralité sur l’autel de la technocratie. Jusqu’à son dernier souffle, ‘l’âme’ de Jean Ferrat aura habité Pillemoine. Sa fontaine parle désormais pour lui…

Un grand de la chanson française 

Professeur de français à Champagnole, Guy Thomas connut un âge et une complicité d’or avec Jean Ferrat à partir des années 70-80.
Il consacra sa retraite à écrire encore et encore après le décès de son cher ami, il y a 10 ans.
En 1997, son recueil “Chevrotines et folies douces” reçu d’ailleurs le pris Louis Pergaud, preuve de son inextinguible talent.

Entre Guy Thomas et Jean Ferrat, une profonde amitié.