Le Nissan Juke se fait (enfin) la belle !

100

Annoncée depuis des années, la nouvelle génération du Juke pointe enfin le bout de sa calandre modernisée. Plus grand, plus beau et plus high-tech, le best-seller de Nissan est de retour dans l’arène des SUV de la plus belle des manières.

Le Juke, avec le Qashqai, est l’un des pères fondateurs de la grande ère des SUV dont l’âge d’or, aujourd’hui, nous étreint jusqu’à l’asphyxie. Nissan avait senti bien avant la plupart des constructeurs généralistes que l’automobile allait devoir se trouver de nouveaux atours pour sortir de la crise des années 2008-2010. Avoir raison trop tôt est rarement bon. Surtout lorsqu’on laisse la concurrence s’organiser. Sorti en octobre 2010, le Juke premier du nom fête cette année ses neuf ans d’existence. Une éternité dans le monde tumultueux de l’automobile. Depuis, le genre a fait des émules et les solutions modernes et séduisantes se sont multipliées. Hyundai Kona, Kia Niro, Peugeot 3008, Renault Captur, VW T-Roc, pour ne citer qu’eux, sont venus remplir un segment qui commence à être saturé. Lorsque le Juke a pris la route pour la première fois, ils n’étaient que deux dans son genre. Aujourd’hui, ils sont plus de vingt. Le vétéran Juke ne pouvait guère tenir la comparaison plus longtemps. Certes, Nissan vendait encore entre 15 000 et 20 000 unités du Juke premier du nom ces dernières années, mais le SUV allait bientôt s’écrouler sous le poids des ans. Grâce à l’arrivée de la nouvelle plateforme CMF-B de l’Alliance – celle utilisée sur le dernier Renault Captur –, la star nipponne s’offre une seconde jeunesse.

Effet de style

Premier constat : ce changement de plateforme permet au nouveau Juke de prendre ses aises. Fini la présentation exiguë, cette génération fait le pari de l’espace. Ce sont 7 cm de gagnés en longueur (4,21 m) et 3 cm en largeur 1,80 m). Le tout en se payant le luxe de perdre 23 kg sur la balance. Le Juke 2 est en forme. On retrouve le même design décalé qui a fait le charme de la première mouture. Les phares ronds, ici soulignés par des feux de jour à LED, font leur retour, comme un clin d’œil au glorieux passé du SUV. Et dire que le célèbre site anglo-saxon CarThottle et ses 200 millions de vues sur internet avaient placé le premier Juke dans son Top 10 des voitures les plus laides de l’histoire ! Cela n’a pas empêché le protégé de Nissan de se vendre à plus d’un million d’exemplaires en Europe. Le design du Juke a toujours été clivant : on adore ou on déteste. Ici, les dessinateurs japonais ont misé sur une présentation toujours aussi sportive mais peut-être moins radicale, plus mature. Si on laisse de côté cette impressionnante calandre en nid d’abeille et le design en croix des feux de jour, le Juke se fait (un peu) plus sage. L’arrière, par exemple, est loin de l’excentricité d’un Toyota C-HR. On apprécie la ligne de toit fuyante que vient achever le spoiler arrière et les larges jantes 19 pouces qui offrent une vraie stature au Juke. Cette nouvelle génération est une belle réussite esthétique. Le même effet de surprise attend, à l’intérieur, le conducteur impatient de se mettre à bord après cette première approche séduisante. Le Juke change tout et c’est tant mieux ! L’ancienne présentation avait fait son temps et ne pouvait que rougir face à ce que propose aujourd’hui une concurrence tombée dans la marmite des nouvelles technologies. La montée en gamme est ici flagrante, avec des assemblages valorisants et un recours à des matériaux nobles comme l’alcantara ou le similicuir. La combinaison biton, qui participe au fort degré de personnalisation du Juke, lui sied à merveille. Mention spéciale pour les aérateurs qui rappellent les turbines d’un avion. On apprécie la nouvelle dotation technologique, concrétisée par un écran central de 8 pouces. Seule l’instrumentation digitale manque à ce tableau résolument moderne. Carte SIM virtuelle eSIM 4G, hotspot wifi, Apple CarPaly, Android Auto, haut-parleurs Bose intégrés aux appuis-tête, verrouillage à distance, géolocalisation, compatibilité Google Home, les équipements de série et en option prennent le virage high-tech. Sans oublier, bien sûr, les aides à la conduite au nombre de seize (vision à 360°, alerte collision, alerte franchissement de ligne, radars de stationnement, etc.). Sans oublier l’excellent ProPilot, régulateur de vitesse adaptatif intelligent qui prend littéralement le contrôle de la voiture entre 30 et 170 km/h. Du grand art.

L’adieu au diesel

L’habitabilité profite de l’embonpoint pris par le Juke pour se faire enfin acceptable. Les passagers arrière se sentiront à leur aise, tandis que les voyageurs apprécieront l’espace conquis par le coffre qui passe de 354 à 422 l. Si les designers avaient fait un petit effort sur la visibilité, plus que moyenne, la copie aurait été parfaite. À son lancement en novembre prochain, le Juke ne pourra compter que sur un seul moteur essence, le 3 cylindres turbo DIG-T de 117 ch. La liberté de choix portera sur la présence ou non d’une boîte automatique double embrayage à 7 rapports. Le calendrier des évolutions prévoit l’arrivée d’une version hybride rechargeable d’ici à 2021. Le diesel, quant à lui, a été définitivement rayé du catalogue. Le ticket d’entrée de ce nouveau Juke s’élève à 19 990 €, mais il faudra compter environ 24 000 € pour une dotation complète. Pour fêter le retour de l’enfant prodigue, Nissan propose une édition spéciale Juke Première Edition. Tirée à 200 exemplaires et vendue 27 990 €, celle-ci intègre la boîte auto, la carrosserie biton rouge Fuji-noir métallisé, les jantes alliage 19 pouces, les haut-parleurs Bose, ou encore le pack NissanConnect. De quoi reprendre la route la tête haute.

Fiche technique Nissan Juke 1 l DIG-T 117 ch

Moteur : 3 cylindres essence Cylindrée : 999 cm3

Puissance : 117 ch Couple : 180 Nm

Dimensions : 4,21 x 1,80 x 1,60 m

Volume du coffre : 422 l

Capacité du réservoir : 46 l

Poids : 1 182 kg

Consommation mixte : 5,1 l/100 km

Émissions de CO2 : 118 g/km

Les + : Style Équipement Habitabilité

Les – : Offre moteurs Visibilité