Le Haut Jura ciblé par la Région, pour l’aide à la revitalisation

Six bourgs centres accompagnés lors d'une profession de foi régionale.

63
Signature des deux conventions de revitalisation avec Eric Houlley à gauche BFC!
Signature des deux conventions de revitalisation avec Eric Houlley à gauche BFC!
Jean-Pierre Brocard adjoint à Moirans devant les plans!

Les élus Hauts Jurassiens de Moirans-en-Montagne et de Saint-Laurent-en-Grandvaux signaient mardi matin 16 avril en mairie de Moirans, une convention triennale avec la Région d’une aide de 750.000€ par commune, alors que l’après-midi c’était le même scénario à Morez.
Eric Houlley maire lui-même de Lure et vice-président du Conseil Régional en charge de l’aménagement du territoire, a précisé que la région est partout sur le territoire :
« Nous soutenons 40 bourgs centre sur l’ensemble de la Région BFC, dont 11 dans le Jura parmi lesquels six pour le Haut Jura avec Moirans, Saint-Laurent, Morez/Hauts de Bienne, Saint-Lupicin, Lavans-les-Saint-Claude et Saint-Claude».
«Ces territoires ont pu faire émerger des projets, BFC les soutien sur trois axes mis en avant : ces aides sont efficaces car simple de mise en œuvre au rythme voulu par les communes durant les 3 ans, exemplaires car émises dans un démarche durable de projet intégrant espaces verts, mobilité douce, et problématique de stationnement, entrainantes notamment sur le plan touristique, environnemental, car en général ces bourgs s’affaissent de jour en jour et il y a besoin de redévelopper tout cela. Les bourgs centre sont les poumons du territoire. La région est donc partout, et pas seulement à Dijon. Je me déplace dans tous les secteurs sans parti pris, car je suis moi-même maire d’une petite ville».

Des projets prioritaires…

Les élus des deux communes ont pu exposer ainsi leurs différents projets. Le maire de Moirans Serge Lacroix démarre d’un constat ponctuel sur 419 logements au cœur de ville, 126 sont vacants soit 30% du parc. Sachant que la densité d’habitants présents dans le centre bourg est vectrice d’intensité urbaine, par leurs activités, leurs actes de consommation, leur échanges, leur convivialité.
Il faut donc recentrer la vocation résidentielle dans le centre bourg, adapter l’offre de logement, susciter le désir d’habiter dans le centre. Pour Françoise Vespa mairesse de Saint-Laurent l’objectif est de retrouver un esprit de «village», en donnant la priorité au piéton, en créant un pôle multimodal à la gare pour redonner vie aux espaces verts, en résolvant autant que possible les problèmes de stationnement, par un plan de circulation nouveau et mieux adapté au centre-ville. Il faut aménager aussi la commune à un avenir plus tourné vers le tourisme, que vers l’industrie comme cela a pu l’être par le passé…