Le déconfinement en région Bourgogne-Franche-Comté : quelle organisation de la vie quotidienne à partir du 11 mai ?

L’épidémie de Covid-19 poursuit sa lente décrue dans notre région et la pression exercée sur le système de santé diminue progressivement. Ces données confirment la poursuite de la décrue de l’épidémie dans notre région mais également la nécessaire prudence à respecter par chacun d’entre nous au moment de la phase de déconfinement afin de ne pas compromettre cette tendance encourageante.

0
735

On enregistre ce jour 1 000 hospitalisations dans notre région pour des formes graves de
COVID-19, dont 106 dans les services de réanimation.
926 décès sont recensés en établissements de santé ; 2786 personnes sont sorties d’hospitalisation.
Ces données confirment la poursuite de la décrue de l’épidémie dans notre région mais également la nécessaire prudence à respecter par chacun d’entre nous au moment de la phase de déconfinement afin de ne pas compromettre cette tendance encourageante.
Dès le 11 mai, la vie sociale va progressivement reprendre son cours et le
déconfinement entrainera mécaniquement une augmentation des contacts au sein de
la société. Il faut donc l’accompagner pour réduire au maximum les risques de
contamination. C’est l’affaire de tous !

La stratégie de déconfinement repose sur deux piliers :

Le respect strict des gestes barrières et des recommandations sanitaires dans le cadre
d’une reprise progressive des activités économiques et sociales, ainsi que l’instauration d’une stratégie offensive d’identification des cas, de dépistage de leurs contacts et d’isolement des personnes malades.
Cela conduit à : organiser le dépistage de toute personne présentant les symptômes du Covid-19, et de toute personne identifiée comme ayant été en contact rapproché avec une personne contaminée. Également, de mettre en œuvre un dispositif de suivi des personnes dites « contacts » pour identifier le plus rapidement possible les personnes infectées.
Enfin, d’engager le plus précocement possible la prise en charge des cas confirmés et des cas contacts identifiés.

Le repérage et le test des cas contacts

Si une personne est testée positive, un travail d’identification de tous ceux qui auront
eu un contact rapproché avec elle sera engagé. Ces cas contacts seront testés et invités
à s’isoler s’ils sont positifs.
A partir du 11 mai, le dispositif de « contact tracing », à savoir de détection des cas contacts, aura un rôle majeur dans la lutte contre la propagation du virus sur notre territoire.
L’identification de ces cas contacts sera assurée par les professionnels de santé (médecins généralistes notamment) mobilisés en première ligne pour la recherche des cas contacts dans la cellule familiale, les équipes de l’Assurance maladie qui constitueront des plateformes téléphoniques dans chaque département.
Elles seront chargées d’identifier les cas contacts au-delà de la cellule familiale, de les appeler et de les inviter à se faire tester en vue d’un éventuel isolement.
Les médecins généralistes seront les premiers maillons du dispositif. Ils auront à rechercher
et à signaler à l’Assurance maladie les personnes avec lesquelles leur patient symptomatique aura été en contact afin d’aider à leur identification.
Il s’agira en premier lieu des personnes résidant au domicile du patient, mais aussi des personnes ayant eu un contact avec lui dans les 48 heures précédant l’apparition de ses premiers symptômes.