Le club de rugby joue la remontée en fédérale 2

Le Cercle Sportif Lédonien (CSL) mise sur un nouvel entraineur, Silvère Tian, pour apporter son expérience du Top 14. Un deuxième entraineur a aussi signé à Lons.

1726
L'équipe A jouera un match décisif avec Chalon-sur-Saone le 21 avril à Lons.

« Franchir un cap, élever notre niveau d’exigence pour renouer avec la fédérale 2 » : pour Joël  Tomakpleconou, président du CSL, celui-ci doit se donner les moyens de renouer avec son glorieux passé et d’égaler l’équipe A de Dole. Evoluant il y a une ou deux décennies en fédérale 1 et 2, le club lédonien mise sur Silvère Tian pour  « franchir une marche » : l’entraineur qui vient de signer à Lons n’est pas un inconnu des rugbymen ; il possède même un sérieux palmarès (lire encadré). « Ses 10 ans passés en Top 14 nous permettront de toucher du doigt l’exigence du haut niveau » explique Joël  Tomakpleconou, ajoutant que le cahier des charges relatif à son recrutement comportait aussi l’existence d’un réseau de joueurs. A travers les relations de Silvère Tian, le CSL espère en effet attirer 5 à 10 nouveaux joueurs talentueux, capables d’insuffler à l’équipe A « un supplément d’âme ». Une équipe qui du reste a prouvé récemment ses capacités et son potentiel avec 3 victoires d’affilée. A la 3e place de sa poule, il lui reste cependant deux « poids-lourds » à vaincre : Metz le 7 avril et Chalon-sur-Saône le 21 avril : deux matchs décisifs pour accéder aux finales.

Un appel à de nouveaux partenaires

L’autre joyau confié à Silvère Tian sera l’école de rugby : une école qui a enregistré un boom d’adhésions cette année (+ 10% c’est-à-dire 126 jeunes). Une progression unique dans le Jura qui augure des beaux lendemains pour le CSL, confortant sa réputation de club formateur. « De grands joueurs désormais professionnels ont pris leur première licence chez nous : Maxime Mathy, Etienne Fourcade, Félix Lambey, Franck Romanet, etc. » se remémore Guillaume Voisin, vice-président du CSL. Tout ceci, le CSL le doit a ses fidèles sponsors. Mais la montée implique de trouver de nouveaux moyens : pour réussir ce challenge, le CSL fait appel à de nouveaux partenaires qui bénéficieront en retour de la visibilité afférente à un club qui cultive l’esprit de la gagne. A bons entendeurs…

Un entraineur néophyte mais issu du Top 14

 

Silvère Tian.

Le pari du CSL constitue aussi un défi pour Silvère Tian : l’Oyonnaxien de 39 ans n’a en effet jamais été entraineur, mais possède une belle carrière à son actif : il a joué pendant 10 ans dans le Top 14 (à Bourgoin, Agen, puis Oyonnax), mais aussi en Pro D2 à Oyonnax et en fédérale 1 à Bourg en Bresse et Tours. C’est donc avec humilité qu’il prendra ses fonctions cet été : « Cela me tient à cœur d’apporter mon savoir-faire sans tout révolutionner. Je n’ai pas la science infuse » a-t-il déclaré juste après son recrutement. Parlant d’ “inscrire les joueurs dans un projet commun », il compte bien « continuer à faire grandir le club qui a une forte identité ».