Le campus numérique labellisé au plan national

La digitale académie est en travaux dans l’ancien centre de tri postal de Lons (près de la gare SNCF). Objectif affiché : amener l’université à des étudiants jurassiens qui ne pourraient pas y aller.

416
Le campus numérique verra le jour dans une partie de l'ex centre de tri postal.

Trop loin, trop cher : les raisons de renoncer à certaines études supérieures ne manquent pas. Résultat : des jeunes qui stoppent leurs études ou renoncent à l’avenir dont ils rêvaient. Face à ce constat, Ecla (espace communautaire Lons agglomération) a réagi en créant un campus numérique baptisé « Digitale académie ».
Le principe est simple : si des étudiants ne vont pas à l’université, ce sera donc l’université qui viendra à eux. Grâce à des partenariats signés avec le Centre national de l’enseignement à distance (Cned), des écoles de management, et la Fédération interuniversitaire de l’enseignement à distance (FIED) rassemblant 35 universités, « près de 1.200 diplômes seront accessibles à la digitale académie d’Ecla » selon John Huet, conseiller communautaire en charge de l’économie. Parmi elles, des cadors comme Nanterre, la Sorbonne ou Sciences Po Grenoble.
« Tous les secteurs (du tourisme au sport en passant par la santé) et tous les niveaux seront accessibles : depuis le DAEU (diplôme d’accès aux études universitaires, accessible à ceux qui n’ont pas le bac) en passant par les BTS, jusqu’aux Master 1 et 2 (Bac + 5 »).

Ouverture prévue en novembre

L’autre avantage de ce nouveau campus sera de donner des ailes et une deuxième chance à ceux qui ont décroché de leurs études ou ceux qui veulent  se reconvertir, « sans condition d’âge » précise John Huet. Cette initiative locale n’est pas passée inaperçue au plus haut niveau de l’état. C’est ainsi que Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur a annoncé le  2 mai un programme visant à faciliter l’accès aux études supérieures. Treize territoires ont été labellisés campus numérique, « seulement treize » souligne John Huet à propos de la chance ouverte aux futurs étudiants lédoniens.  Selon les déclarations de Frédérique Vidal à nos confrères du Parisien, « 20 et 30 étudiants par site » pourraient être accueillis dès 2019. « Ce n’est pas une formation de masse. L’idée est de toucher des jeunes qui sans cela seraient privés d’études supérieures ». Si Ecla s’avère précurseur, une centaine de territoires pourrait être labellisés à l’horizon 2020-2021 selon le conseiller communautaire. D’ici là, le vaste bâtiment abritant l’ex-centre de tri postal (à deux pas de la gare SNCF) aura pris une longueur d’avance. Les travaux viennent de commencer :  le campus devrait officiellement ouvrir ses portes en octobre-novembre 2019, d’où l’intérêt de sensibiliser dès à présent les lycéens à cette nouvelle porte ouverte…

Comment ça marche ?

Les cours s’effectueront à distance (à la manière du Cned) sous forme numérique. Selon John Huet : « l’inscription requièrera 16 h de présence minimum par semaine, et des rendez-vous réguliers avec des professeurs permettront de suivre les candidats, qui auront d’ailleurs un statut d’étudiants » (voire une bourse pour ceux qui ont des ressources modestes). Enfin, « les examens à l’issue de la digitale académie seront les mêmes que ceux passés après un cursus classique » et des tuteurs (non professeurs) permettraient d’assurer un encadrement évitant d’être seul face à un écran…