L’Association La Fraternelle : un point d’ancrage culturel territorial

Des comptes "presque à l’équilibre" laissent augurer un meilleur avenir.

132
Laetitia à la communication et Christophe Joneau à la Direction.
Laetitia à la communication et Christophe Joneau à la Direction.
La Fraternelle une institution à Saint-Claude!

Lundi dernier, l’Association La Fraternelle a voulu réunir la presse pour un point général, sur son avenir, juste avant son AG du 28 mars prochain. Première bonne nouvelle, l’exercice comptable 2018 établissait un déficit  u budget à 84.308€, et pour l’exercice 2019 écoulé il passe à 10.800€ soit une excellente performance, due au travail de tous les acteurs, salariés, bénévoles et surtout collectivités publiques, et État, dont les subventions sont en général en augmentation ou stables, sauf celles de la municipalité en baisse constante depuis 4 ans…
Le cinéma qui était plutôt en difficulté ces dernières années a relevé la tête avec des films de meilleure qualité au plan national en plus grand nombre et une programmation plus en adéquation avec le territoire local (40.000 entrées/an). Aussi le cinéma de Moirans-en-Montagne avec lequel La Frat’ est partenaire fait d’ailleurs preuve d’un formidable dynamisme (7000 entrées/an). Un autre chiffre indique que la part des recettes propres de l’association et des subventions s’établit à 50/50, alors qu’en général dans le secteur c’est plutôt des recettes à 80% publiques et 20% propres. Autre grosse satisfaction la reconduite de la convention culturelle pluriannuelle avec la Drac.

Une volonté universaliste et fédératrice de la culture territoriale…

Reconnue par beaucoup pour son dynamisme et ses compétences, la Fraternelle devra sa survie par une plus grande ouverture encore à tout le territoire, en tant que Centre Culturel Référant, un effort salutaire qu’elle a déjà entrepris depuis plusieurs années, notamment sous la férule de Christophe Joneau le directeur et de son équipe et de tous les bénévoles impliqués. Beaucoup d’alliances et de partenariats ont ainsi été scellés comme par exemple, avec l’association les Soufflaculs, le Festival Photos le FINA, avec les écoles de la ville, l’Education Nationale, les salles de spectacle voisines, l’Epinette à Saint-Lupicin, la Sitelle à Saint-Laurent, l’Oppidum à Champagnole, le cinéma et le festival de l’enfance Idéklic de Moirans-en-Montagne, l’association «Les Scènes du Jura», etc…
Et tout ceci avec une politique tarifaire tenant compte de la situation économique difficile du territoire. «Il y a donc besoin d’une politique culturelle concertée à l’échelle de l’intercommunalité au moins, qui ne peut être que bénéfique pour une offre touristique territoriale générale de qualité…»