La tortue luth succède à l’ours polaire pour dire “sauve ma planète”  

Pascal Bejeannin, artiste champagnolais, a inauguré une nouvelle sculpture pour sensibiliser à la protection de notre environnement.

0
326
La tortue luth a réalisé son premier baptême de plongée au lac de Chalain, avant de partir au loin... Photo : Mizenboite Cédric Bejeannin

Après Atsunaï Kamak, l’ours polaire ayant voyagé jusqu’au Groenland, l’artiste aventurier Pascal Bejeannin a dévoilé une autre facette de son projet nommé Art’Situ : une tortue luth tout droit sortie de son atelier Champagnolais et répondant au doux nom d’ »Hasta Luego Companera » (« Au revoir Camarade » en espagnol).
Un beau bébé d’environ 100 kg pour 2 mètre de long sculptée majoritairement à base d’acier recyclé. Car pour l’artiste, cette série de sculptures animalières a pour vocation de questionner l’humanité sur l’état de la planète. C’est ainsi que l’ours fût installé sur la banquise groenlandaise pour interpeller sur le réchauffement climatique et la disparition des ours de chair et le sang.
Suivant la même philosophie, sa tortue sera prochainement immergée dans la Méditerranée à l’embouchure du Tibre, près de Rome. Le berceau de la civilisation européenne…  “Nous voulions l’emmener aux iles Galapagos, mais un tel voyage s’avère compliqué dans les conditions actuelles” explique Pascal Bejeannin.
C’est donc “dans une mer fermée qu’elle sera immergée” afin de nourrir le débat sur l’état de celle-ci, et échanger avec la population locale (tout particulièrement les jeunes).

Prochaine étape : les fonds du lac des Rousses ?

Mais les Jurassiens n’en seront pas exclus, Hasta Luego Companera a d’ailleurs effectué  sa première sortie et son baptême dans le lac de Chalain. Pourrait suivre selon Pascal Bejeannin “une immersion  dans le lac des Rousses lors de la fête de la commune fin Juin 2021”, avant de larguer les amarres autour  du monde, comme l’ours Atsunaï Kamak, à  bord d’Atka (le voilier polaire de l’explorateur lédonien François Bernard).
Sa descente au fond du lac des Rousses pourrait être accompagnée par une championne de plongée en apnée, Alice Modolo. L’occasion pour Pascal Bejeannin et ses caméras de suivre l’Antiboise qui figure parmi les meilleures plongeuses au monde…
Mais les canons à neige du haut-Jura consomment-ils trop d’eau ? “Non” estime Pascal Bejeannin, “il faut que les stations de moyenne montagne vive, et l’eau finit son cycle quoi qu’il arrive”. Tout l’intérêt de sa démarche “L’art témoin du monde ” consiste justement à rencontrer les populations locales, vivre avec elles pour les comprendre.
Une démarche vertueuse et porteuse d’espoir, alors que “notre maison brûle et nous regardons ailleurs” comme l’aurait dit Jacques Chirac…

Le sculpteur Pascal Bejeannin met la dernière touche à son oeuvre avant qu’elle n’embarque pour Rome.

L’ours Atsunaï Kamak de retour sur ses terres

Après un hiver passé dans le grand Nord, l’ours a fait son retour dans la ville de Pascal Bejeannin, plus précisément au lycée Paul Émile Victor.
Après un épatant documentaire-débat réalisé par Mizenboite, les élèves ont pu découvrir une exposition de magnifiques photos réalisées au Groenland.
Jurassiens et touristes pourront ensuite profiter de cette même opportunité, puisque Atsunaï Kamak prendra l’Espace des mondes polaires, à Prémanon, comme port d’attache pérenne.