La septième édition du Chahut au Château de Gevingey a connu un franc succès

Depuis 2015, les Colorieurs ont fait la réputation du Chahut au Château à Gevingey, grâce à une programmation cirque, arts de rue et spectacles en tout genre. C’est donc du 27 au 29 août que s’est déroulée la septième édition qui a connu comme d’habitude un franc succès populaire. Les règles sanitaires en vigueur n’ont pas découragé les 3500 Chahuteurs qui ont découvert ou redécouvert le cadre magnifique du château et de son parc.

0
270
Mathilde Feuillas, Amandine Prigent, Emilie Gougeon, co-présidentes des Colorieurs.

C’est une aventure collective. L’association les Colorieurs s’est construite autour d’une bande de copains avec un noyau de fidèles et plus de 100 bénévoles qui s’activent pour faire au cours des ans de cette manifestation un rendez-vous incontournable pour un nombre toujours croissant de personnes attirées par la renommée de ce festival. Ce chahut a la particularité de s’inscrire dans une réciprocité solidaire, dans le thème du vivre ensemble et surtout heureux avec tout le monde, toutes générations confondues. Tout est dans le partage et la magie du spectacle, avec des jeux, de la culture et des émotions, dans la joie simple et l’émerveillement.

A l’école du cirque.
Le château de gevingey.

Un chapiteau consacré aux arts du cirque

C’est un festival familial du fait que la participation soit libre et qu’à toute heure, il y a toujours un spectacle différent avec en fil conducteur des ateliers souvent consacrés aux enfants mais pas que, car les parents sont invités à participer.
Entre chaque spectacle, les gens peuvent déambuler dans le parc, se faire surprendre en découvrant et être interpellés pour participer à des animations interactives, nature, cirque, bricolage, lecture….
Les gens ne sont jamais passifs. Cette année, un deuxième chapiteau entièrement dédié aux arts du cirque avait été rajouté.

La compagnie 24 carats.

Des projets, encore des projets

Ce festival qui requiert pratiquement une année de préparation est, il faut le souligner largement soutenu en particulier du point de vue financier par ECLA, le département et la région. De nombreuses personnalités représentant ces différentes entités ainsi que Danielle Brulebois, députée, avaient d’ailleurs tenu à honorer de leur présence cette manifestation.
En plus de ce festival, une bibliothèque humaine est en projet. Ce sera une plateforme de dialogue et d’échanges où des volontaires raconteront leur histoire : des récits vécus que des « femmes-livres, des hommes-livres » content aux « lecteurs », face à eux.
Cette expérience devrait débuter à l’automne. A suivre.

Des spectateurs attentifs.