La scierie SIBC envoie du bois !

Implantée à Saint-Germain en Montagne, l’entreprise familiale envisage de s’agrandir et de se moderniser grâce au soutien de la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura.

0
167
Le préfet du Jura et les élus locaux ont visité les stocks assez colossaux (jusqu'à 7.000 m3) de bois secs.

20.000 m3 par an : c’est la quantité de bois assez impressionnante débitée chaque année par l’entreprise basée à Saint-Germain en Montagne, à quelques encablures de Champagnole.
Sur près de 7 hectares s’empilent à perte de vue des planches découpées par des machines démesurées, telle la scie de tête. Pilotée par un scieur expérimenté, plusieurs caméras scannent tout d’abord la grume en trois dimensions pour savoir où l’ouvrir et minimiser ainsi les pertes.
Guidée par laser et du bout d’un « joystick », une scie circulaire n’en fait ensuite qu’une bouchée pour la débiter en planches. Cette opération est suivie de plusieurs étapes de séchage pour amener le bois à perdre son humidité (de 80% au début, à moins de 12% à la fin) a détaillé le PDG de SIBC, Pascal Jacquin.
Selon lui, la singularité de l’entreprise tient dans la multiplicité des essences travaillées : pas moins d’une vingtaine, à commencer par le chêne, le frêne et le hêtre. « 80% de nos bois proviennent de la région Bourgogne Franche-Comté » a-t-il précisé, une manière de dire que les circuits courts ne manquent pas, tel celui l’unissant à JeuJura.
« Nous fournissons environ 50% des besoins -en hêtre et pin- de ce fabricant de jouets situé à 1 kilomètre ». Malgré le crash économico-sanitaire, SIBC a gardé le cap grâce à sa stratégie de groupe et à un marché relativement porteur.
Selon Pascal Jacquin, les bois venus d’Europe de l’Est ont perdu du terrain : certes la main d’œuvre sera toujours moins chère en Roumanie par exemple, mais la chaîne de production sophistiquée « made in Jura » fait la différence…

Les grumes sont prises en charge dès leur arrivée pour être dirigées vers la scierie.

Une chaudière bois trois fois plus puissante

Raison pour laquelle, Pascal Jacquin ne cesse d’investir dans l’entreprise passée de 4 salariés en 1996 à 30 aujourd’hui : en sus d’un projet de développement accompagné par la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura (CNJ), l’entreprise prévoit de remplacer sa chaudière bois de 1,2 MGW.
« Nous utilisons des déchets (écorce et chutes de scierie) pour sécher nos bois dans plusieurs cellules de 100 m3 à 800 m3 grâce à près de 2 kilomètres de conduites. Mais nous sommes en sous-capacité et projetons d’implanter une chaudière de 3,5 MGW » a exposé Romain Fertez, directeur général de SIBC.
En attendant, la scierie stocke jusqu’à 7.000 m3 de bois secs dans une immense « cathédrale». « Pour satisfaire nos clients, nous devons disposer d’un stock énorme » a confié Pascal Jacquin, une contrepartie de sa production très diversifiée, diversification également poursuivie via les autres entreprises du groupe Foressens, dont « Merrains du Jura », qui fabrique du bois pour la tonnellerie.
Selon Pascal Jacquin, « cette entreprise actuellement située dans la zone industrielle de Champagnole va rejoindre notre site de Saint-Germain ». Le groupe Foressens comprend aussi Jurawood, une société de négoce proposant de nombreux produits dérivés, et Immo forêt qui intègre une stratégie d’achat/ vente de forêts pour composer un écosystème solide et qualitatif…à l’image de ses produits.

Contact : www.sibc.fr/ 03 84 52 37 02