La reprise nécessaire d’une activité sportive

Devant le manque de visibilité sur l’avenir des activités sportives, certains pratiquants choisissent de sortir du cadre afin de garder un socle de condition physique. Dimanche dernier à Choisey, un petit groupe tentait une reprise d’activité.

0
236

Parmi ces inconditionnels femmes et hommes des terrains de foot urbains (foot en marchant), Géraldine, infirmière au CHU de Dole a découvert cette pratique au S3 à Dole en 2019 sous l’impulsion de la section Éducation Physique et de Gymnastique Volontaire de Lons.
Nous sommes allés à sa rencontre pour découvrir ce qui la fait « marcher » derrière un ballon.

Ce matin, il fait frais et le temps est pluvieux. Qu’est-ce qui vous fait venir ici alors que vous étiez de nuit hier soir ?
J’ai découvert le foot en marchant par hasard. J’aime le foot et j’aime la marche. Il était évident pour moi de tenter de découvrir cette activité si celle-ci était disponible sur Dole ou dans les environs. Je n’ai pas hésité à envisager la création d’une section au sein du club de Mont-sous-Vaudrey où je suis bénévole. Nous avons un peu l’impression d’être les pionniers de cette nouvelle discipline. Ce matin comme dans le club il n’y a plus d’entrainement et aucune date de reprise, nous avons décidé de nous retrouver pour une reprise informelle. Ma motivation pour me lever après un travail de nuit est principalement de bouger pour rester en forme et ainsi de renforcer mon système immunitaire dans une activité extrêmement ludique. Le manque d’activité sportive sur une période aussi longue commençait à être très préjudiciable.

Vous avez-vous-même été une cible touchée par la covid malgré votre première injection de vaccin. Comment se passe la reprise d’activité sportive ?
Je n’ai pas été hospitalisée mais j’ai eu un covid compliqué, avec essentiellement des complications pulmonaires. La reprise de l’activité physique n’a pas été facile. J’étais vite limitée par la toux et la dyspnée. Je me suis forcée à marcher tous les jours, malgré la fatigue et j’ai augmenté chaque jour la distance. A ce jour, je pense avoir retrouvé ma forme d’avant covid.

Le foot en marchant est un football sans contact, une activité qui semble presque adaptée à cette nouvelle pandémie ?
Effectivement le foot en marchant est un sport sans contact violent mais il faut quand même respecter les gestes barrières de base. Nous avons même modifié temporairement les règles de base en privilégiant le jeu de passe pour éviter les rapprochements.

Avec du recul, quel enseignement pourriez-vous tirer de cette année ?
Chacun d’entre nous vient de passer une année difficile avec cette pandémie. En tant que soignante, je n’ai pas connu le confinement et je me dis que quelque part j’ai eu de la chance de pouvoir continuer à travailler même si les conditions étaient et sont toujours difficiles. Je n’ai pas été isolée socialement et j’ai rencontré tous les jours les patients et les collègues. Je pense souvent aux inégalités que cette situation sanitaire fait vivre aux étudiants, aux retraités, aux commerçants et surtout aux oubliés dont les activités sont atypiques. Nous ne sortirons malheureusement pas tous de cette crise en même temps.

Dimanche prochain, le petit groupe reviendra, encore étoffé d’une ou deux personnes pour continuer à faire du sport hors du cadre habituel mais avec l’objectif de diminuer les effets négatifs du confinement.

Contact : 06 86 22 53 24