Les listes Bois-Oblinski et Bréro se rapprochent

A la faveur d’objectifs convergents et du retrait de Cyrille Bréro des municipales, une liste commune se dessine.

1181
L'équipe conduite par Sophie Oblinski et Christophe Bois intégrera des colistiers proches de Cyrille Bréro.

L’annonce de Cyrille Bréro de se retirer de la course aux municipales (lire ci-contre « Cyrille Bréro ne sera pas candidat à la mairie de Lons») pourrait-elle donner des ailes à Sophie Oblinski et Christophe Bois ? La question est permise, car un rapprochement s’est de suite opéré entre les deux listes. Un rapprochement logique selon Christophe Bois (LREM), du fait d’une convergence de vue, d’une vie politique commune à la mairie de Lons, voire d’un programme mis peu ou prou en commun. Si Cyrille Bréro ne sera pas candidat sur cette liste -ainsi qu’il l’a annoncé- plusieurs colistiers pressentis pour le seconder rejoindront la liste Bois-Oblinski. Parmi eux, le nom de Catherine Clerc (ex-directrice de la MDPH et du service social du département, mais aussi ex-adjointe de Jacques Pélissard) circule, tout comme celui de Jean-Philippe Huelin. Le conseiller délégué aux projets culturels de Jacques Pélissard développe d’ailleurs d’ores et déjà des pistes pour que Lons puisse vibrer culturellement parlant (lire encadré). Christophe Bois n’a pas caché son soutien au projet de grand musée du Jura (Hôtel-Dieu de l’hôpital), mais met aussi en avant « la rénovation de l’habitat au centre-ville et le gel de la fiscalité, que ce soit à la ville ou à Ecla ». Un dernier mot important, car il ne juge plus le cumul maire/ présidence d’Ecla incompatible. « Je me mettrai en revanche à temps partiel en cas de victoire » a réaffirmé l’actuel proviseur de lycée Montciel… Qui se fait mieux connaitre grâce à une lettre de candidature distribuée actuellement dans les boites à lettres, en attendant de dévoiler son programme complet le 24 février.

Lons, ville de culture

Selon Jean-Philippe Huelin, futur colistier de Christophe Bois et Sophie Oblinski, la ville mérite une politique ambitieuse. Parmi les premières pistes évoquées, il souhaiterait : « généraliser les parcours d’éducation artistique et culturelle dans toutes les classes de la ville et de l’agglomération ; mettre en place un partenariat avec les associations pour favoriser les pratiques culturelles (théâtre, danse, chant…) ; rendre plus sécurisant et plus accessible le conservatoire à toutes les catégories de la population ». Tout comme il aimerait bien « faire revivre l’ancien Hôtel-de-ville en y développant des activités liées à la gastronomie et au patrimoine local ; valoriser le musée Rouget-de-Lisle…/… » ou encore « créer un grand événement culturel dans le centre-ville qui aura lieu chaque année ».