La ligne Grévy va-t-elle se muer en voie verte ?

Lors du dernier conseil communautaire, les élus ont décidé de poursuivre à l’unanimité le projet consistant à transformer la ligne Grévy en voie verte. Construite durant les mandats du président de la République Jules Grévy (1879-1887) – pour que celui-ci puisse rentrer à Mont-sous-Vaudrey depuis Dole – cette ancienne ligne de chemin de fer non exploitée devrait retrouver une utilité.

223
Observant la ligne Grévy, cette jeune sportive attend déjà impatiemment la nouvelle piste cyclable.

Vers 18 kilomètres verts

Lors de deux délibérations de 2017, le conseil communautaire s’était engagé à offrir une nouvelle vie à la ligne SNCF entre Dole et Mont-sous-Vaudrey. Sur plus de 18 kilomètres, une voie verte aménagée pour les cyclistes et les piétons devrait voir le jour. Enfin, faut-il encore que le coût de ce dessein soit raisonnable.

Large de 2,5 mètres, la voie verte devrait coûter 684 643 TTC. Toutefois, comme l’explique Étienne Rougeaux, maire dÉcleux et vice-président en charge du développement économique et touristique, « si la DTT refuse une surélévation de la voie et que le ballast est pollué, le montant pourrait passer à 1 037 000 TTC. Il va de soit que si on en arrive à ce niveau d’investissement, on reverra notre position ».

Malgré des subventions qui seront demandées à l’Europe ((fonds européen de développement régional)(FEDER)) et à l’État ((dotation de soutien à l’investissement local)(DSIL)et qui pourraient atteindre entre 50 et 70 % de la somme finale, un coût aussi exorbitant enterrerait probablement l’idée. De nombreuses épreuves attendent encore ce projet qui permettra indiscutablement d’amplifier le tourisme des territoires concernés.

Attirer des touristes

« Cette voie Grévy, je crois qu’elle est importante pour le tourisme » développe Michel Rochet, président de la Communauté de communes du Val d’Amour. « Ça fera partie des outils structurant pour le développement touristique » renchérit Philippe Brochet, maire de Chamblay en notant que l’objectif final est d’établir un réel circuit vert. Afin de faire vivre l’infrastructure, des animations seront proposées tel un Explore game à La Vieille-Loye.

Ce projet familial – puisque la voie verte subira peu de dénivelés – répondra, d’après Michel Rochet, aux demandes de la population, « les gens appréciant ces moyens de locomotion ».

Si le projet continue sur sa lancée, le débroussaillage pourrait débuter en fin d’année, ce qui ravira les plus sportifs d’entre nous.