La ligne Grévy va-t-elle se muer en voie verte ?

Lors du dernier conseil communautaire, les élus ont décidé de poursuivre à l’unanimité le projet consistant à transformer la ligne Grévy en voie verte. Construite durant les mandats du président de la République Jules Grévy (1879-1887) – pour que celui-ci puisse rentrer à Mont-sous-Vaudrey depuis Dole – cette ancienne ligne de chemin de fer non exploitée devrait retrouver une utilité.

0
753
Observant la ligne Grévy, cette jeune sportive attend déjà impatiemment la nouvelle piste cyclable.

Vers 18 kilomètres verts

Lors de deux délibérations de 2017, le conseil communautaire s’était engagé à offrir une nouvelle vie à la ligne SNCF entre Dole et Mont-sous-Vaudrey. Sur plus de 18 kilomètres, une voie verte aménagée pour les cyclistes et les piétons devrait voir le jour. Enfin, faut-il encore que le coût de ce dessein soit raisonnable.

Large de 2,5 mètres, la voie verte devrait coûter 684 643 TTC. Toutefois, comme l’explique Étienne Rougeaux, maire dÉcleux et vice-président en charge du développement économique et touristique, « si la DTT refuse une surélévation de la voie et que le ballast est pollué, le montant pourrait passer à 1 037 000 TTC. Il va de soit que si on en arrive à ce niveau d’investissement, on reverra notre position ».

Malgré des subventions qui seront demandées à l’Europe ((fonds européen de développement régional)(FEDER)) et à l’État ((dotation de soutien à l’investissement local)(DSIL)et qui pourraient atteindre entre 50 et 70 % de la somme finale, un coût aussi exorbitant enterrerait probablement l’idée. De nombreuses épreuves attendent encore ce projet qui permettra indiscutablement d’amplifier le tourisme des territoires concernés.

Attirer des touristes

« Cette voie Grévy, je crois qu’elle est importante pour le tourisme » développe Michel Rochet, président de la Communauté de communes du Val d’Amour. « Ça fera partie des outils structurant pour le développement touristique » renchérit Philippe Brochet, maire de Chamblay en notant que l’objectif final est d’établir un réel circuit vert. Afin de faire vivre l’infrastructure, des animations seront proposées tel un Explore game à La Vieille-Loye.

Ce projet familial – puisque la voie verte subira peu de dénivelés – répondra, d’après Michel Rochet, aux demandes de la population, « les gens appréciant ces moyens de locomotion ».

Si le projet continue sur sa lancée, le débroussaillage pourrait débuter en fin d’année, ce qui ravira les plus sportifs d’entre nous.