La Librairie Zadig recevait le sous-préfet Sébastien Lepetit

Pour un Meurtre sur la Transjurassienne!

148
L'écrivain et les deux libraires Armelle et Catherine.

Non ce n’est pas le sous-préfet aux champs, Mais cela y ressemble terriblement ! Sébastien Lepetit est sous-préfet en poste à Sarlat en Périgord noir depuis un an environ. Et comme d’autres personnages publics, il est écrivain à ses heures perdues, tout comme Edgar Faure, écrivain de polars sous le nom de Edgar Sanday (Edgar «sans D»). Mais Sébastien Lepetit est son vrai nom et  «Il y aura du sang sur la neige» est son troisième vrai polar sur cinq ouvrages déjà publiés. L’intrigue se déroule dans le Haut-Jura, sur la course de ski de fond bien connue,  «La Transjurassienne», qui vient de se courir il y a quelques jours. Un coureur y est assassiné… Oh sacrilège pour un sport qui ne fait en général pas de bruit… L’auteur était en visite à Saint-Claude ce vendredi dernier à la librairie Zadig, tenue par Armelle et Catherine. Ce breton de naissance était pendant dix ans Directeur à la Poste de Besançon.

La Franche-Comté comme inspiration…

Et découvrant notre belle région par hasard, il en est quelque peu tombé sous le charme, voire amoureux. C’est pourquoi précise-t-il :
« Les trois romans que j’ai écrits depuis que je suis arrivé dans cette région, je les ai situés en Franche-Comté : «Merde à Vauban» se déroule autour de la candidature de Besançon au patrimoine de l’UNESCO, le second «L’Origine du Crime» déploie son intrigue autour de la peinture de Courbet à Ornans, et le dernier et troisième dans l’univers de la Transjurassienne».
Pour lui le personnage principal de ses romans en fait est toujours le lieu, où se déroule l’enquête, et il y place et distribue ses personnages, ce qui va ponctuer l’action. Il adore l’Histoire et profite donc de la narration pour la faire rejaillir.
Comme il le dit : « J’adore raconter l’histoire des lieux, leurs particularités, leur culture…». Ainsi dans ce roman sur le ski nordique, l’arme du crime découverte par le commissaire Morteau ne pouvait être pour lui qu’une carabine de biathlon… Très documenté ce roman plonge le lecteur dans l’univers du ski de fond et de La Transjurassienne. On s’y croirait ! Mais la vérité est que Benoit Chauvet vainqueur de la Course deux fois en 2011 et 2013 lui fut d’une grande expertise. Son romain aborde aussi, l’esprit de compétition et le dopage. Monsieur le sous-préfet dédicaçait ensuite son livre le samedi à Lons, et devait rentrer sur Sarlat à l’issue, n’ayant une autorisation d’absence que du week-end de la part de son autorité de tutelle, le préfet de Dordogne…

L’écrivain et les deux libraires Armelle et Catherine.
Une dédicace à une fidèle lectrice!