La guerre des Dappes n’a pas eu lieu

Sujet de polémiques franco-suisses, le parking desservant les pistes de ski alpin de la Dôle a connu une affluence modérée pendant l’hiver, de plus bien cadrée. 

0
189
Des distances bien respectées dans les remontées et le port du masque ont assuré la sécurité des skieurs.

Un parking en France, mais un domaine skiable en Suisse. Par cette situation unique au plan national, la Dôle a connu cet hiver une étrange notoriété…qui aurait pu faire craindre le pire. En fait, il n’en fût rien, et de l’aveu des caisses des remontées mécaniques, on ne s’est pas bousculé au portillon cet hiver… même durant des vacances scolaires placées -en partie- sous le signe du grand blanc et du grand beau temps.
En semaine, la fréquentation fût en général plutôt basse, à tel point qu’il y eu peu ou pas d’attente aux remontées mécaniques. Seuls les week-ends ensoleillés des vacances de février semblent avoir connu une grosse fréquentation, avec le parking de plusieurs centaines de places saturé dès 10 h du matin environ…
Mais même ces quelques jours d’affluence semblent avoir été parfaitement sécurisés et cadrés. Selon la préfecture du Jura, entre le 2 février et le 12 mars, le défaut de tests PCR a représenté 25 personnes sur 12.488 contrôlées, soit un pourcentage quasi nul (0,2 % environ), et seulement 42 personnes ont été refoulées faute de pouvoir justifier d’un document probatoire (test PCR de moins de 3 jours, ou justificatif d’un domicile situé à moins de 30 km). 8.966 véhicules ont été contrôlés durant cette période, ce qui a été possible grâce au concours de CRS présents 7 jours sur 7. Au final donc, la guerre des Dappes semble avoir été plutôt lénifiante, les masques étant aussi dûment portés sur et autour des remontées mécaniques.

Chaque voiture a été contrôlée par des CRS à la sortie du parking de la Dôle.