Jura. La GTJ200 2020 a bien eu lieu

Pour une épopée sensationnelle...

0
149
Le ravitaillement de la Darbella au 45ème km, soit le quart de la distance!
Le ravitaillement de la Darbella au 45ème km, soit le quart de la distance!
Sacrilège: il a laissé sur place son équipier!

C’est une épreuve de ski de fond hors norme.
La GTJ 200 placée sous l’égide de la FIS et du Comité Régional de Ski du Massif Jurassien, a bien eu lieu cette année malgré une météo plus que capricieuse. Elle est organisée par Patrick Bohard et son équipe de l’association loi 1901 GTJ 200, qui gère tous les aspects administratifs, techniques et sportifs de l’épreuve, qui se court en principe en autonomie et à ski de fond, par équipe de 2 (femme, homme ou mixte).
Une personne participante désignée à l’avance comme «Assistance personnelle», notamment sur les 16 zones de ravitaillement autorisées est obligatoire pour chaque équipe en course. Il s’agit d’un format de longue distance de 185 km, à faire en un jour dont le prologue s’est déroulé le vendredi 07 Mars de 15 km sur une boucle à Giron dans l’Ain (01), afin de définir les ordres de départ du samedi 8 dès 3h00 du matin, pour une journée de défi. La distance à parcourir dans la journée était de 185km avec un dénivelé de 4400m D+ et une arrivée à LE GARDOT (Montlebon) dans le Doubs (25), après avoir traversé le département du Jura. Le parcours magnifique au travers des paysages Jurassiens est balisé à intervalles réguliers.

Un défi personnel sûrement…

Cette épreuve créée en 2014 a la réputation d’être la course de ski de fond la plus longue au monde avec ses 185 km à parcourir sur trois départements, l’Ain, le Jura et le Doubs. Cette année c’est l’équipe “Rock your life” composée de Guillaume Michet et Hervé Balanche, qui a remporté la GTJ 200 version 2020 modifiée… (en 9h27 !) devant le duo Baptiste Lorier et Rémi Salacroup pour 2 minutes, au cours d’une superbe aventure par monts et par vaux à travers les Montagnes du Massif Jurassien. A la question posée à des compétiteurs le long du parcours, sur le pourquoi d’une participation à un tel évènement, plusieurs réponses émises : par défi personnel, ou avec des copains, un pari, ou encore pour un couple mixte «…si après cette épreuve, on n’a pas divorcé c’est bon, le couple ira au bout…»
Ou alors il s’agit de prouver que l’on peut à sa main traverser en un jour cette GTJ200 du sud au nord du Massif jurassien…, pour des fous, des folles du Trail.