Les motards de la gendarmerie toujours là

214
Les élus locaux ont inspecté la brigade motorisée de Champagnole.

« Les 7 motocyclistes basés à Champagnole ont contribué la forte baisse de l’accidentalité en 2018 » : Gilles Quintaine, commandant de l’escadron départemental avait quelques motifs de légitime satisfaction en inspectant ses troupes le 31 janvier.
En effet, 11 morts ont été recensés dans le Jura en 2018, contre 31 en 2017. Malgré la destruction des radars automatiques (au moins 60% au national), la brigade de Champagnole n’a pas changé ses habitudes : répression et prévention. Plutôt que de « compenser » les radars détruits, les motocyclistes affinent leurs contrôles en fonction des statistiques de la sécurité routière : « être à tel endroit, telle période, tel jour, à telle heure car des accidents s’y sont déjà produits ».
« Notre présence à la sortie des manifestations festives participent aussi à la prévention : les gens savent qu’on est là ! » poursuit le patron des motards. En 2018, les 7 motos sont sorties davantage qu’en 2017, mais la brigade couvre un large secteur (depuis Granges de Vaivre près de Mouchard jusqu’à Foncine, en passant par les cantons de Salins, Poligny, Champagnole et Nozeroy). « Tenir un téléphone en main coûte toujours 90 € et 3 points en moins » a rappelé le commandant Quintaine. D’où l’intérêt de passer systématiquement par un kit mains libres et de proscrire les oreillettes. La brigade de Champagnole effectue aussi de la prévention et intervient régulièrement auprès des jeunes à tous les niveaux : écoles, collèges, lycées. Une action de sensibilisation aux conduites addictives vient d’ailleurs d’avoir lieu à l’ENIL de Poligny.