La gare SNCF de Lons accessible de plain pied

0
119
Des équipements tout neufs ont fait disparaitre les marches d'escaliers.

Même si l’inauguration officielle de la gare a été repoussée pour raisons sanitaires, la SNCF Réseau a informé de la fin des travaux de mise en accessibilité de la gare de Lons  :  « Avec 1000 voyageurs par jour en moyenne, le vaste chantier en gare de Lons-Le-Saunier donne désormais la possibilité pour tous (personnes âgées, en fauteuil roulant, malentendants, femmes enceintes ou tout simplement voyageurs chargés d’une poussette ou d’une valise) de se déplacer du parvis jusqu’au quai et aux trains en toute facilité et en autonomie. Les voyageurs peuvent désormais accéder au train de plain-pied et l’accès aux quais par des ascenseurs est possible ». Le chantier , qui a mobilisé en moyenne une dizaine d’employés depuis 2 ans a nécessité plusieurs phases : remettre à niveau la voie ; rehausser les quais de 55 cm pour un accès de plain-pied au train ; installer  650 mètres de dalles béton podotactiles ; mettre aux normes pour les personnes à mobilité réduite les quais 1 et 2, le souterrain, les escaliers, l’éclairage et la signalétique ; réaliser l’enrobé des quais ; installer un ascenseur sur le quai 2 débouchant dans le souterrain avec maintien d’un accès par escalier ;  installer un ascenseur dans le bâtiment voyageurs et prolonger le souterrain jusqu’à l’entrée de cet ascenseur.
Mais pour la APVFJ (association pour la promotion des voies ferrées jurassiennes), le compte n’y est pas tout à fait : de belles gares, c’est bien ; des trains qui y passent c’est mieux. Elle rappelle donc par la voix d’Alain Bolard (vice-président) que le TGV duplex Strasbourg-Marseille  supprimé en 2018 est attendu de pied ferme en 2022, comme promis par la SNCF et la région Bourgogne Franche-Comté. L’APVFJ dénonce aussi des trains supprimés sans crier gare, durant les divers confinements : des circonstances exceptionnelles qui désormais appartiennent au passé…