La démolition d’un château d’eau

Desservant les communes de Vaudrey, de Mont-sous-Vaudrey et de Bans, le château d’eau situé dans ce premier village ne cesse de se dégrader. Mise devant le fait accompli, la communauté de communes du Val d’Amour (CCVA) décida de démolir cet édifice des années 1930. Le chantier pour en construire un nouveau devrait débuter en mars prochain. Reportage.

0
332
« Un diagnostic réalisé en 2016 a établi que son génie civil présentait des dégradations importantes. Une reconstruction partielle était au minimum à prévoir sans garantie de ne pas devoir également renforcer le reste de la structure », la communauté de communes du Val d'Amour.

En 1929, sur la proposition d’un garagiste de Mont-sous-Vaudrey, il fut créé un syndicat pour acheminer l’eau potable directement dans les robinets. Trois villages s’allièrent : Vaudrey, Mont-sous-Vaudrey et Bans. Les travaux du château d’eau débutèrent au crépuscule de l’année 1930. Un chemin de fer aurait même été monté entre la route d’Arbois et le chantier pour le transport des matériaux. Après deux ans environ, en 1932, de l’eau jaillissait des robinets. Le pari était gagné.

À la fin du XXe siècle, l’eau provenait naturellement de la nappe phréatique du Val d’Amour. Celle-ci était alors d’une excellente qualité. Mais au début du XXIe siècle, les choses se gâtèrent pour cette tour en béton ; si bien qu’elle sera prochainement remplacée.

La dernière année du premier château d’eau

Contactée, la CCVA explique les raisons d’une telle décision : « Un diagnostic réalisé en 2016 a établi que son génie civil présentait des dégradations importantes. Une reconstruction partielle était au minimum à prévoir sans garantie de ne pas devoir également renforcer le reste de la structure ».

Ces incertitudes furent conjuguées à des coûts annoncés importants. De ce fait, la communauté de communes décida de construire un nouvel édifice à côté de celui existant. Les travaux devraient débuter en mars, pour s’achever normalement en fin d’année.

L’entreprise Moingeon bâtira le nouveau château d’eau, puis l’entreprise Cardem passera à l’action pour démolir celui s’élevant actuellement.

Ce chantier sera relativement onéreux, puisque le montant total estimé est de 1 063 955 euros hors taxes. Des aides « ont d’ores et déjà été obtenues à hauteur de 70 % de la part de l’Agence de l’Eau et l’État a également été sollicité », souligne la CCVA.

Elle tient toutefois à rassurer les personnes concernées, puisque « Les abonnés ne seront pas impactés, car l’ouvrage actuel sera conservé pendant toute la durée du chantier et démonté lorsque le nouveau château d’eau sera en service ».