La contestation du passeport vaccinal continue dans le Haut-Jura

Depuis plusieurs samedis, des contestataires battent le pavé des rues de Saint-Claude.

0
164
La contestation du Pass Vaccinal est toujours vive en terre Haut-Jurassienne

La pandémie de Covid-19 a remis la défiance envers la vaccination (et les institutions) sur le devant de la scène. Cette opposition persiste dans les territoires.
Le Haut-Jura terre de contestation n’y échappe pas pour dire « non » au pass sanitaire ou « oui mais »  u vaccin. Dans un circuit rituel chaque samedi après-midi c’est une cohorte bruyante mais disciplinée sans slogan haineux qui déambule du parvis de l’hôpital en montant la Pierre avec une petite « sérénade » sous les fenêtres de Caroline Poullain la nouvelle sous-préfète, représentante de l’État, puis « une aubade » a lieu devant la mairie, mais aucun élu local n’apparait à la fenêtre. Le point final étant le conservatoire de musique entre les effigies de Voltaire et Christin, symboles locaux du concept de liberté.
Il est intéressant d’entendre cette parole contestataire qui s’installe, face au dogme sanitaire étatique officiel.

« Le vaccin peut-être, le Pass sanitaire non ! »

Plus que l’opposition entre «antis» et «pros», soit les forcenés prêts à lapider la première seringue venue, et les adorateurs de Pasteur vouant un inébranlable culte à la vaccination, celle-ci doit rester pour eux un choix personnel, alors que le «Pass Sanitaire ou Vaccinal» lui ne régale personne.
Ce sésame est reçu par eux comme une atteinte très grave à la liberté individuelle de disposer de son propre corps, et à celle d’aller et venir. Pour beaucoup la vaccination obligatoire eut été beaucoup plus crédible, au regard de l’efficacité du vaccin lui-même, et moins ambigüe quant au droit. «L’Incertitude est créatrice, la certitude mortifère», nous rappelle le neuropsychiatre Boris Cyrulnik.
S’il y a place au doute, est-ce alors vraiment «hérétique», que de se poser, en toute conscience, de telles questions somme toute légitimes ?