La Confédération paysanne renouvèle le Salon de l’Agriculture

Montrer, expliquer, échanger, prouver... Pour une agriculture plus juste et durable.

0
58
Raphaël le fromager met le caillé dans les moules
La nurserie avec les petits veaux qui viennent d’arriver!

Début mars, c’est la traditionnelle fête du vert et des animaux à la ville avec le salon de l’agriculture de Paris au parc des expositions de la porte de Versailles. Cette année du 27 février au 7 mars, il ne se passera rien, à cause du Covid, l’édition 2021 ayant été annulée puis reportée à 2022. Cependant La Confédération Paysanne  a eu la bonne idée de lancer l’opération «Le Salon à la Ferme, afin de faire découvrir au plus grand nombre, l’agriculture paysanne de proximité et de montrer la réalité d’un métier souvent méconnu en ouvrant ses portes». Cet espace doit être l’occasion d’un échange sur l’agriculture paysanne, hors les murs avec celles et ceux qui la pratiquent déjà, ce n’est pas une agriculture sous cloche. «Avec 9 milliards d’euros annuels dédiés à l’agriculture française, la Politique Agricole Commune (PAC), structure notre système agricole et alimentaire, et ne peut plus soutenir une agriculture qui paupérise les paysans, pollue et vide les campagnes. Pour la Confédération cette PAC doit être revue et ses fonds doivent êtres réorientés vers les exploitations qui créent de la valeur pour les paysans, protègent l’environnement et font vivre les territoires, afin de produire des denrées saines et accessibles à tous».
Cet évènement a mobilisé en France près de 200 fermes dans 12 régions différentes et plus de 50 départements. Dans le Jura cette pérégrination  a été possible sur quatre secteurs du territoire de  Salins-les-Bains,  à Sirod, et  Desnes en passant dans le Haut par les Molunes.

Le salon est mort vive les fermes vivantes…

En voilà un bel exemple, car nous sommes dans le Haut-Jura aux Molunes dans le Gaec de la Combe de Laisia chez Delphine et Hugo qui s’occupent des animaux dans un environnement parfois difficile surtout l’hiver avec le froid et la neige. Une petite exploitation d’une trentaine de têtes de bétail, dont la moitié de vaches laitières et l’autre moitié de veaux, génisses et un taureau pour la reproduction. C’est la filière fromagère qui est le fil conducteur de la ferme, en produisant de la tomme, du gruyère et de la raclette, de manière très artisanale tout en respectant les mesures d’hygiène et sanitaires en vigueur. Raphaël un fromager de métier s’occupe de cette partie de la fabrication, à l’affinage, et au stockage des fromages, ainsi qu’à la commercialisation, dans le respect des règles de l’art à une échelle artisanale, humaine et de proximité.
La valorisation de leur travail de paysans par la transformation du lait en fromage leur permet de vivre de leur labeur parfois difficile, mais tellement passionnant.
Visiter une ferme vivante, acheter et déguster ses produits, comprendre leur fabrication c’est possible au Gaec de la Combe de Laisia chez Delphine et Hugo en appelant le 03.84.41.65.18.