La cité des sports naîtra… ainsi qu’une hausse d’impôts de 30% ?

L'arlésienne cédera place à la réalité, après d'âpres débats eu égard à son financement. Le budget d'Ecla s'annonce en effet plus que serré dès 2020.

325
La première partie de la cité des sports devrait naître en face du dojo départemental.

“On est tous conscients que cette salle est une nécessité, une urgence”, en particulier pour les gymnastes de la Jurassienne : pour Daniel Bourgeois, conseiller communautaire, le conseil du 14 novembre semblait la dernière chance pour avancer enfin sur la cité des sports, avant les prochaines élections de 2020. “On ne reverra jamais un tel plan de financement avec un reste à charge de 24% pour Ecla” (le reste provenant de subventions externes, avec un geste de Lons le Saunier pour ajouter 50.000 € supplémentaires au pot commun, et 800.000 € de la région). Face à lui et à Patrick Elvezi (président d’Ecla), plusieurs conseillers sont montés au créneau, estimant que l’agglo n’aurait pas les moyens de ses ambitions. “Comment faire pour financer tout ça ?” s’est exclamé Christophe Nouzé, estimant que le coût au mètre carré semblait “exorbitant”. 3,8 millions € sont en effet prévus pour la 1e tranche (lire encadré), et 2,8 millions € pour la seconde tranche. Les services techniques d’Ecla ont expliqué que ces bâtiments, seraient “très économes en énergie”, voire à énergie positive. Face à ces débats passionnés, voire passionnels, un vote à bulletin secret s’est déroulé (lui même sujet à débat). Un vote aux résultats mitigés : 40 pour, 16 contre et 6 bulletins blancs. Un soulagement pour les 205 gymnastes de la Jurassienne, qui s’entraînent depuis 30 ans dans des conditions déplorables (absence de vestiaires, manque d’espace et de sécurité, etc).

“Ce débat d’orientation budgétaire alerte” a lancé Christophe Nouzé. Photo archives Stéphane Hovaere.

Des finances incertaines et tendues 

Si la cité des sports a fait autant débat, c’est parce que les finances d’Ecla posent réellement question lors de l’examen du débat d’orientation budgétaire (D.O.B.) pour l’année 2020. “Quel héritage allons-nous laisser à nos successeurs ?” a lancé John Huet, vice-président d’Ecla évoquant la nécessité prochaine d’emprunter pour rembourser le capital de la dette. Si 250.000 € restent à trouver pour le budget 2020, 1,4 millions € manqueront dès 2021 a-t-il souligné, rejoint par Christophe Nouzé, qui a ajouté : “Le débat d’orientation budgétaire alerte”. Pierre Poulet, autre conseiller communautaire, a enfoncé le clou : “Ce qui va nous arriver sur le coin de la figure, ça ne va pas être triste !” évoquant l’hypothèse d’une future hausse de 30% des impôts perçus par Ecla pour équilibrer son budget. Le D.O.B. 2020 a été adopté moyennant 16 abstentions. Il prévoit 8,117 millions € pour les investissements (tous budgets confondus). Concernant le budget principal, “Nous avons choisi de limiter les investissements à 3,8 millions € pour permettre à la nouvelle équipe de travailler” (après 2020) a expliqué Patrick Elvezi, président d’Ecla. Aucune hausse de la fiscalité n’a été envisagée pour 2020, à l’inverse d’un nouvel emprunt de 3 millions €.

Deux tranches pour 6,6 millions €

La première  tranche , approuvée le 14 novembre comprendra outre la salle de gymnastique de la Jurasienne (1.000 m2), les locaux de l’amicale laïque lédonienne (ALL) et des espaces mutualisés.  La seconde tranche de 2,8 millions € concernera de multiples associations : musculation, danse, escrime, tennis de table, gymnastique, tir sportif, etc. L’ensemble des bâtiments sortiront de terre à côté du dojo (rue du colonel de Casteljau).