La Chailleuse entre tensions, injures et tags

308
Le paisible village de Saint-Laurent la Roche, au centre d'une discorde avec La Chailleuse.

Les tensions qui s’amplifient depuis des mois entre certains élus ont atteint leur apogée. Le premier adjoint (Jean-Paul Gaulier) accusé d’obstructions systématiques, s’est vu retirer ses délégations par le maire de la Chailleuse, Pierre-Rémy Belperron.

La Chailleuse, c’est l’histoire d’une union qui aurait pu être belle et qui tourne au vinaigre. A tel point que le divorce semble désormais consommé entre le maire de la Chailleuse, Pierre-Rémy Belperron, et son premier adjoint Pierre-Rémy Belperron.

Tout oppose apparemment les deux hommes : le caractère, la manière de travailler, une certaine sensibilité politique mais aussi le village d’origine. Car la Chailleuse, commune nouvelle d’environ 620 âmes a été portée sur les fonts baptismaux le 1er Janvier 2016, fruit de l’union entre trois villages assez proches géographiquement et culturellement (Arthenas, Essia et Varessia) d’une part, et Saint-Laurent la Roche d’autre part. Jean-Pierre Gaulier, ex-maire de cette dernière commune reproche à Pierre-Rémy Belperron, ex-maire d’Arthénas un déficit de démocratie : « Il ne supporte pas l’opposition, il veut tout contrôler ». Avec à la clé, des changements de pied « comme l’agrandissement de la salle des fêtes d’Arthenas (170.000 €), qui ne figurait pas dans la charte morale passée avec la population fin 2015 », avant la fusion des 4 communes. Ou encore « le changement d’horaire de la cérémonie du 11 novembre 2018 » à Arthenas, qui rendait impossible la venue des élus de Saint-Laurent la Roche à l’heure dite (chaque village célébrant le 11 novembre en plus de la commune nouvelle).

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour Pierre-Rémy Belperron, qui reproche à Jean-Pierre Gaulier de ne pas avoir au contraire suivi l’horaire « officiel » de la Chailleuse, provoquant ainsi « un malaise dans la population et chez les anciens combattants ».

« La commune nouvelle, échec humain »

L’ex-maire d’Arthénas incrimine son premier adjoint et Fabienne Gery (adjointe déléguée de Saint Laurent la Roche et responsable de la commission affaires culturelle et affaires sociales) d’opposition, voire « d’obstruction » systématique aux décisions adoptées par le Copil (comité de pilotage, réunissant tous les élus des 4 villages historiques).

« Beaucoup de rappels ont été faits en Copil » (envers ces 2 élus NDLR), « mais ils n’ont servi à rien ».  Selon Pierre-Rémy Belperron, il fallait réagir envers ces deux personnes qui « pourrissent les débats de la gouvernance, et génèrent une ambiance exécrable ».

Suite au vote d’un Copil exceptionnel le 20 novembre, l’ex-maire d’Arthénas a annoncé la suppression des délégations de Fabienne Gery et de Jean-Paul Gaulier.

« Le lendemain –dans la nuit du 21 au 22 novembre- ma maison a été taguée » d’un injurieux « Belperron dictateur » affirme celui-ci, qui a par ailleurs reçu au fil des mois « des lettres d’injures, et même des menaces de mort ».

Pierre-Rémy Belperron a déposé plainte et l’affaire est désormais entre les mains de la gendarmerie nationale, qui aura sans doute un peu de peine à déceler où réside la vérité…

Pierre-Rémy Belperron et Jean-Paul Gaulier s’accordent toutefois à dire que ces tensions ne débordent pas vraiment sur la population locale, particulièrement celle de Saint-Laurent la Roche d’une part et les trois autres d’autre part.. Si après 2 ans de vie conjugale, « la commune nouvelle est un échec humain » selon Jean-Paul Gaulier, la Chailleuse semble toutefois fonctionner « sur le plan administratif et financier » reconnait celui-ci.

Cela suffira-t-il à ramener la sérénité sur le plateau situé au-dessus de Macornay ?

Certains administrés regrettent sûrement leur paisible village d’avant…

Stephane Hovaere