La CGT en ordre de bataille

Défense des retraites, privatisation d’EDF, défense des services publics : la lutte syndicale reprend de plus belle…

63
Richard Dhivers (à g.) et Hubert Cedot (à d.) annoncent des actions à venir.

Nouvelle rentrée, nouvelles luttes : la CGT du Jura a tenu son assemblée générale dernièrement à Lons devant une cinquantaine d’adhérents, et les points ne manquaient pas à l’ordre du jour.
Selon Richard Dhivers, secrétaire général du Jura, la réforme des retraites « peut donner à d’autres l’envie de se battre », après une première forte mobilisation à la RATP. Pour Michel Faivre-Picon, membre de la CGT régionale, le deal de la fonction publique c’était : « pas de gros salaires, mais une bonne retraite ». D’où le sentiment des fonctionnaires d’être floués par le projet gouvernemental. Selon lui, tout le monde sera perdant dans la future retraite par point, ce point pouvant être gelé par les gouvernements sans débat paritaire. Déjà en vigueur dans certaines caisses de retraite complémentaire, ce système de point a conduit « à perdre un mois de pension en 10 ans », du fait de sa non-revalorisation. Selon lui, des solutions existent en remettant à plat le pactole (200 milliards € par an) des aides diverses et variées consentis aux entreprises (dont le fameux CICE estimé à 40 milliards € pour 2019). Même « pastis » à EDF, où tous les syndicats ont manifesté le 19 septembre contre le projet « Hercule » qui revient selon Richard Dhivers a « nationaliser les pertes et privatiser les bénéfices » en vendant les filiales rentables (Enedis, Rte, Dalkia, etc.). L’inquiétude plane toujours sur le barrage de Vouglans, dont la privatisation susciterait un lot d’interrogations : quid de sa sécurité ? Du maintien des cotes en été ?
Hubert Cedot, responsable de l’Union Syndicale des retraités du Jura a appelé à la convergence des luttes entre retraités et actifs. Y compris sur le laminage des services publics qui demeure un des premiers motifs de se battre…