La bataille de l’Energie a commencé

158
11% de notre électricité consommée est d'origine hydraulique, donc renouvelable!

Privatisation du Barrage de Vouglans : info ou intox ?

Le mouvement des «gilets jaunes» est parti d’une revendication sur les taxes concernant les carburants. Le prix des énergies augmente inexorablement. Donc essence et gasoil, et bien sûr gaz et électricité font le yoyo à la hausse. Le nucléaire fournit 71% de nos besoins électriques, le thermique à combustion fossile environ 10%, et l’hydraulique 11%, les 8% restant par d’autres énergies renouvelables.

Les barrages hydrauliques produisent 60% de l’électricité dite renouvelable, mais sur le plan pratique, ils jouent un autre rôle dans l’équilibre du réseau. En quelques minutes, ils peuvent répondre aux pics de consommation, en produisant les watts nécessaires, sans compter leur rôle et impact sur la régulation des cours d’eau et sur le tourisme… Il s’agit donc d’une soupape de sécurité nécessaire, gérée dans la plupart des cas par EDF, dont le capital est détenu à 83.5% par l’Etat. Or cela faisait dix ans que la Commission Européenne réclamait une privatisation de ces ouvrages, autre qu’entre les mains du seul EDF, dont il s’agit ici de mettre fin, dit-on à «l’abus de position dominante», incompatible avec l’article 106 du traité sur le fonctionnement de l’UE.

Premier ministre et Président en sont d’accord sans aucune interrogation. On n’en est plus à une incompréhension près, car le secteur hydroélectrique est très profitable, mais souvent réputé comme non stratégique par beaucoup dont le tandem dirigeant la France. On pourrait ainsi le vendre à la découpe, les croque-morts sont déjà là, à l’affut…

Privatiser des entreprises qui rapportent de l’argent au budget de l’Etat ?

Electricité bien sûr, mais régulation des cours d’eau et tourisme sont concernés!

«L’État n’a pas vocation à diriger des entreprises concurrentielles », entend-t-on souvent chez les partisans de ce processus, dans un pays où l’État contrôle plus ou moins directement 57% de l’économie. Seraient donc sur la bascule de la guillotine des privatisations : Aéroport de Paris, FDJ, et Engie…

Le gouvernement espèrerait une souscription massive des particuliers à cette émission d’actions pour «redynamiser l’actionnariat populaire», et obtenir en plus des subsides immédiats, «en vendant des joyaux de la couronne…».

Une opposition tous partis confondus parle de vision «court-termiste», voire «d’aberration économique», en privatisant des entreprises qui rapportent actuellement de l’argent au budget de l’Etat. On sait d’autre part sur ce chapitre des privatisations, que d’ici 2022, 150 des plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) pourraient être vendus, pour une puissance totale de 4,3 GW équivalant à celle de trois réacteurs nucléaires de nouvelle génération.D’où la question liminaire en suspens : Privatisation du Barrage de Vouglans, info ou intox ?

A suivre…

Guy Monneret