Karine Deckmin : « Rien ne se jette tout se transforme »

A 43 ans, l'infirmière trouve dans son art une forme d’exutoire.

312
Karine Deckmin.

Karine prône le fait qu’il est important de prendre du temps pour ses passions car c’est une manière de se retrouver avec soi-même et de sortir de sa vie professionnelle et personnelle.
Déjà adolescente, Karine aimait construire, décorer, aménager et elle faisait des vitrines miniatures thématiques. Plus tard, adulte elle a eu envie de faire autre chose. Elle a commencé par faire des cadres photos personnalisés avec des matériaux de récupération. Puis, petit à petit, elle s’est lancée dans des tableaux fabriqués à partir d’objets recyclés et détournés sur des thèmes très variables. Elle a aujourd’hui une autoentreprise et fait des expositions à Châlon-Sur-Saône et à Dole de temps à autres. Un des thèmes qu’elle a été amenée à travailler c’est la route des vins par exemple ou encore un tableau représentant la ville de Dole. C’est pour elle une véritable manière de s’extérioriser.

Dole, Sciences et Art.

Le déroulé de l’œuvre…

Karine montre sa manière de faire : « Je prends un carton, une toile ou un cadre et je me lance à partir d’un objet central ou selon un thème ou en lien avec le support choisi. Je travaille le fond en peinture et je colle tous les objets recyclés qui m’inspirent à ce moment-là ; je les fais se côtoyer, se chevaucher, s’imbriquer les uns dans les autres pour en faire ressortir un paysage, une histoire, une forme symbolique… Je pars du plus gros objet jusqu’au plus petit. Les différents éléments peuvent être de toutes matières (plastiques, métal, bois, papier, carton, tissu…). Quand tout est posé, collé et sec, je peins le tout en blanc ou en noir et je brosse à l’acrylique afin de renforcer les mouvements ou la profondeur. Je finis en apposant de la peinture métallisée acrylique dorée, argentée ou autres. »

Steampunk Souvenirs.

Pour Karine, l’art reste avant tout l’association des objets afin de créer le mouvement du tableau. Elle exposera ses œuvres pour laisser voir ce qu’elle fait, n’ayant pas la vente comme priorité. Elle le dit de cette manière « je ne suis pas attachée à l’argent ; ce que je vends me permet d’acheter mon matériel et ma peinture. »

Des projets plein la tête…

Le plus grand projet de Karine, est de pouvoir partager ce savoir avec des adolescents, des adultes… « J’aimerais vraiment travailler cet art avec toutes les populations dont les femmes qui sont fortes et fragiles à la fois, les enfants plein d’imagination, les personnes âgées riches de leur passé et qui pourraient tous prendre plaisir à créer et je sais que j’apprendrais aussi beaucoup de ces personnes… »

Félin.

« Je souhaite continuer de développer la création en 3D. Un exemple de tableau est celui que j’ai fait à partir d’une chaussure à talons, représentant la féminité et à laquelle j’ai rajouté différents objets qui étaient en lien avec la personne pour laquelle le tableau était destiné. Un de mes objectif pour 2019, c’est d’oser me lâcher plus sur mes toiles, créer sans retenue en laissant vivre mon imagination sans tenir compte du regard de l’autre ; oser faire ressortir dans mes tableaux ce qu’il y a au plus profond de moi et qui bouillonne car il ne demande qu’à s’exprimer au travers de mes tableaux. »

“On peut toujours trouver le temps”

Karine conclue par un message fort destiné à celles et ceux qui n’ose pas se lancer. « Il faut prendre le temps de vivre sa passion, on peut toujours trouver le temps. Cette manière de s’exprimer est très importante car c’est faire vivre ce qui est à l’intérieur de soi, le positif comme le négatif et ça fait du bien… en plus ça plait. »
De plus si Karine a choisi des objets de récupération pour leur donner une seconde vie, c’est parce qu’elle défend l’idée selon laquelle « rien ne se jette tout se transforme. »

Contact : DeckadrDéco
deckadr-deco.blogspot.fr
Facebook DeckadrDeco
Tél : 06.75.79.14.37
E-mail : deckat@hotmail.fr