Jura. Lons-le-Saunier. Il y a 130 ans dans le Jura… pas d’armée particulière pour Lons-le-Saunier

204

Semaine du 23 au 29 mars

Le 24 mars 1890, les lecteurs du Petit Comtois apprenaient la constitution de la Société des Artilleurs de Lons-le-Saunier. Effectivement, un arrêté préfectoral autorisa les statuts de celle-ci. Le maire de la ville, Camille Prost (1834-1901), en était le président d’honneur. Le rédacteur du Petit Comtois ironisa alors : « Quoique très partisans de la décentralisation en général, nos sentiments autonomistes ne vont pas cependant jusqu’à permettre à la commune d’entretenir une armée particulière ».

Dans la journée de la parution de cet article, M. Damelet, vice-président de la Société, indiqua qu’il ne s’agissait pas d’entretenir une armée particulière à Lons-le-Saunier, mais de constituer une Société de secours mutuels. Ainsi, l’article 1 définit certains objectifs qui visaient à entretenir entre les artilleurs « des sentiments d’union, de solidarité et de patriotisme ». La société permettait aussi d’aider ses membres et, après les décès de ceux-ci, leurs veuves.

Un titre finalement ronflant qui – comme l’explique le rédacteur dans l’un des deux papiers du Petit Comtois – « fait travailler l’imagination [et] tendrait à faire croire que les sociétaires possèdent des uniformes, des sabres [et] des canons ». Finalement, il s’agissait d’une simple société d’assurance et de secours mutuels, donc, pas d’armée particulière pour Lons-le-Saunier…

Le Petit Comtois, n°2419, 24 mars 1890, p. 4. & Le Petit Comtois, n°2421, 26 mars 1890, pp. 3-4.