Jura. Région. Il y a 130 ans dans le Jura… des messagers plumés

0
239

Semaine du 06 au 12 juillet

Le 08 juillet 1890, à Lons-le-Saunier fut découvert, dans une chambre, un pigeon mort. Comme l’explique un rédacteur du Petit Comtois – en se basant sur un article de La Sentinelle du Jura – « En le dépouillant, on remarqua deux plumes portant l’inscription suivante : N° 412 — R ». Ces indications permettent d’affirmer qu’il s’agissait d’un pigeon voyageur, probablement égaré.

Deux jours plus tard, à Montaigu, un cultivateur de quinze ans apporta à la police un nouveau pigeon voyageur. Présent depuis une quinzaine de jours avec ses oiseaux, celui-ci avait également une inscription sur deux de ses plumes – ce qui permit d’affirmer qu’il venait de « L’Espérance militaire, société colombophile de Limoges ».

Transmettant des messages, notamment en temps de guerre, ces pigeons pouvaient effectuer d’assez longs périples. Six ans avant ces découvertes, un article du Petit Comtois, datant du 10 juillet 1884, rapporte un concours de pigeons voyageurs organisé par des sociétés colombophiles. Aussi étonnant soit-il, « Lancés de Bordeaux à cinq heures du matin, les coureurs emplumés […] sont arrivés, vers midi, à Paris, après avoir parcouru en moyenne 82 kilomètres à l’heure ».

À cette vitesse, le pigeon voyageur trouvé à Montaigu – s’il était venu directement de Limoges vers cette localité et s’il avait autant d’entraînement que ceux du précédent concours – aurait mis environ trois heures et demi, soit approximativement autant de temps qu’en voiture aujourd’hui

Le Petit Comtois, n°343, 10 juillet 1884, p. 3. & Le Petit Comtois, n°2529, 12 juillet 1890, p. 3.