Commémoration du 8 mai 1945 sous la pluie

Il y a 74 ans la guerre 39/45 prenait fin...

89
Laure Lebon Sous préfète intervient au nom de l'Etat!
Laure Lebon Sous préfète intervient au nom de l’Etat!
Les élèves de CM1 et CM2 des Avignonets lisent un poème de Jean Ferra!
Le salut aux Drapeaux par les Autorités!

Certes c’était un jour, où il ne faisait pas bon mettre un sapeur dehors, mais une centaine de personnes était tout de même présente, respectueuse des valeurs de la République et du devoir de mémoire, les sapeurs aussi car bien visibles lors de cet hommage.
Le 8 mai 1945 est une date-clé dans l’histoire contemporaine de la France, qui rappelle à tout un chacun deux évènements majeurs de notre épopée commune, d’une part la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie, et d’autre part la fin de la Seconde Guerre Mondiale en Europe marquée par l’annonce de la capitulation de l’Allemagne.
Dans tout le pays cette commémoration du souvenir en tant que tradition républicaine a  eu lieu partout, et bien évidement à Saint-Claude, devant le monument aux morts de la ville, en petite procession solennelle démarrée depuis la place du 9 avril 1944, autre symbole de la résistance locale à l’ennemi d’alors.

Les enfants rappellent le souvenir…

Les citoyens présents bravant cependant la pluie avec les élus, les corps constitués, les pompiers, ont écouté religieusement, la dizaine d’élèves garçons et filles de CM1/CM2 de l’école des Avignonets avec leur institutrice prononcer sans faiblir un passage de «Si c’est un homme» de l’écrivain italien Primo Levi et le très beau poème du chanteur Jean Ferra «Nuit et Brouillard».
Ensuite ce fut le tour de Cameron Drummond un élève de la Maîtrise de la Cathédrale de lire un message, de l’Union Française des Associations de Combattants et Victimes de Guerre. Il revenait alors à  la sous-préfète Laure Lebon de conclure la cérémonie en sa qualité de représentante de l’Etat en  portant une parole de respect et de reconnaissance, à tous les acteurs de la libération de la France et de la victoire sur l’ennemi en mesurant la valeur de la paix obtenue depuis en Europe, sorte de raison de vivre ensemble…
Les éternels dépôts de gerbes par les élus et le salut aux drapeaux pendant la traditionnelle sonnerie aux morts s’en suivirent.
La cérémonie prit fin alors par l’exécution de l’Hymne National, La Marseillaise…