Tavaux : « Prendre soin en famille, pour une éthique du vivre ensemble »

A l’occasion des 20 ans du Relais Assistantes Maternelles de Tavaux et des 15 ans de l’EHPAD Le Jardin de Séquanie, deux organismes gérés par la Mutualité Française Jura, des actions ont été lancés, comme cette conférence s'étant déroulée jeudi dernier à la Salle Gérard Philippe.

129
Marie-Jo Gacek, Conseillère Conjugale et Familiale à l’UDAF

Ce soir-là une quinzaine de personnes ont été accueillies par Pauline Grasser du Relais Assistantes Maternelles afin d’assister à la conférence animée par Marie-Jo Gacek, Conseillère Conjugale et Familiale à l’UDAF.

La famille : comment mettre en pratique la bienveillance au quotidien ?

Il parait aller de soi qu’à chaque âge, le respect mutuel soit le fondement des relations familiales ! Pourtant comme l’observe Marie-Jo Gacek :
« Je constate au fur et à mesure des années que le manque de respect et de bienveillance s’installe. Cela concerne tout autant le parent que l’enfant ou l’adolescent ; ils sont tant victime que bourreau. C’est d’ailleurs à partir de ces constats que je parlerai du prendre soi en famille ».
La famille regroupe les liens conjugaux, les relations parents-enfants, les liens de fratrie, les relations intergénérationnelles et la théorie du « gendre » (belle-famille).
Toutes ces relations forment le vivre ensemble plus ou moins harmonieux.
Ordinairement, l’enfant apprend petit à petit à aimer ses parents ; les parents aiment leurs enfants de façon inconditionnelle. Mais, dans certains cas l’enfant peut être aimé sous condition… Il peut aussi y avoir une difficulté du ou des parents à poser l’autorité dont l’enfant à besoin.
Bien sûr il ne faut pas confondre autoritarisme et autorité. Pour l’enfant, le parent est un guide tout au long de sa vie. La vie familiale et conjugale n’est pas de tout repos ; cette aventure est remplie d’ambivalences, désidéalisée et unique.

Une quinzaine de personnes ont été accueillies

Prendre soin en famille

Chaque famille est unique avec des rituels et des traditions propres que chaque membre partage. Cette appartenance au groupe « famille » créé du « Nous » et fixe la différence entre le monde intérieur et extérieur. La famille est un lieu de développement de l’individualité donc il vaut mieux éviter les carcans et accepter que les enfants aient plusieurs appartenances comme celles des amis, des équipiers sportifs…
En grandissant, ils font leurs choix.
Il est important de s’interroger sur ce qu’est une personne humaine sachant que chacune est unique. Toute atteinte à la personne quelle qu’elle soit est une violence. La dignité est ontologique à l’individu et est un bien commun.
Apprendre à dire « Non » c’est aussi la dignité tant dans le couple qu’envers les enfants. Marie-Jo Gacek rappelle  : “En famille on n’est pas obligé d’aimer mais on doit se respecter. De plus, personne n’est l’esclave de l’autre”.
Les mots clés du respect devraient être spontanés d’un côté comme de l’autre mais qu’en est-il des « Merci », « S’il te plait » « Pardon » ?
Pourtant, penser le pardon c’est permettre à l’autre une nouvelle chance.
Prendre soin, cela s’apprend, cela s’enseigne, se transmet, se laisse à voir… La bienveillance a aussi toute sa place avec ce vouloir le bien de l’autre, le respect de l’autre dans son intégrité.