Jean-Pierre Lépine exposait au Chalet de la Burdine

Au Club des Ours du Haut-Jura...

0
258
Jean-Pierre Lepine à La Burdine au milieux de ses toiles!

Les 4, et 5 septembre dernier ainsi que les 11 et 12, Jean-Pierre Lépine, le très talentueux électron libre de la création industrielle haut de gamme de Pratz (couteaux, lunettes, stylos…) étonne de nouveau en dévoilant à la Burdine ses talents  plutôt cachés de peintre très expressif et plein de couleurs. En effet il a profité de ces deux premiers weekends de septembre pour investir le Chalet de La Burdine siège social du «Club des Ours du Haut-Jura» chez son ami Vice-Président Gérard Benoît à la Guillaume, lui aussi personnage atypique photographe franco-suisse maître ès «Bidons sans frontières». Le chalet d’alpage de La Burdine existe depuis 1733 à une altitude de 1290m sur la commune de Lajoux à 200 m de la route forestière menant au sommet de la Forêt du Massacre depuis le village surplombant la célèbre «Combe à La chèvre», lieu symptomatique des randonneurs l’été et bien évidemment des skieurs l’hiver. Et dans ce lieu les visiteurs ont pu découvrir des merveilles…

Une exposition imagée, espiègle, pleine d’esprit et d’expression…

Quand il entre dans la grande pièce, où autrefois les paysans faisaient chauffer le lait pour en faire du fromage, et sur les murs de laquelle les toiles sont accrochées, c’est la couleur, et la joie des quelques 80 toiles présentes, qui s’en dégage, et qui submerge le visiteur. C’est le père de Jean-Pierre dans son enfance qui lui a appris le coloriage puis la peinture, et il a toujours gardé cet instinct, même à 68ans. Néanmoins «Les Beaux-Arts de Besançon» sont passés par la suite. Chaque tableau est une partie de «son histoire», avec ses lieux, ses personnages, avec d’innombrables petits détails minutieux et pertinents qu’il est amusant de découvrir, un vrai puzzle parfois, qu’il explique d’ailleurs avec une malice non dissimulée. Le visiteur sera ainsi trimbaler des jeux olympiques à Saint-Claude, en passant par la rue de La Poyat et le quartier du Faubourg avec le restaurant de «La Mère Crolet», sous une petite vue plongeante sur «Le Crêt Pourri», tout en se baladant du côté de Menton, ou de New-York. Un vrai régal pour les yeux…