Insolite : il collectionne 5.000 disques vinyls

Christian Cluzel vit et vibre pour la musique…mais une musique particulière : son impressionnante collection représente près de 40 ans de chansons, avec un faible pour les années 1980-2000.

233
Christian Cluzel devant son impressionnante discothèque, comprenant plus de 5.000 titres.

Rien n’est pire…ou plutôt meilleur qu’une vocation contrariée. « J’ai toujours voulu être DJ, mais mon père n’a jamais voulu ». Il faut dire que quand on naît à Morez dans les années 80, on et un peu prédisposé à travailler dans l’optique ou la micro-mécanique…et Christian Cluzel n’y échappa pas malgré les disques qui tournaient en permanence au domicile familial : Brassens, Brel, Piaf et tant d’autres. Il n’en fallait pas plus que le gamin attrape le virus de la musique : « J’ai acheté mes premiers 45 tours dès 9-10 ans », en plein boom des 80’s. Il y a alors un choix considérable de stars et de tubes qui, aujourd’hui encore, font frissonner des aficionados : Michaël Jackson, Madonna, Goldmann et tant d’autres. Après avoir sacrifié ses économies sur l’autel de bonnes platines, Christian Cluzel vit alors sans le savoir l’apogée du 45 tours : « Le compact disc existait depuis le début des années 80, mais ne marchait pas du tout. Il n’a fini par détrôner le 45 tours qu’en 1993, date à laquelle la production s’est arrêtée ». Il faudra alors attendre près de 10 ans (2005-2006), pour que le vinyl fasse un come-back assez fulgurant. Pour l’amour du bel objet tout d’abord, les fameuses ‘pochettes’ qui prennent à contre-pied la musique numérisée, dématérialisée d’aujourd’hui. Pour le son aussi « plus chaleureux, plus profond » estime-t-il.

Une belle brochette de la “Mano Negra”, un de ses groupes préférés.

4.000 disques achetés d’un coup à Lyon

Quoi qu’il en soit, entre le vinyl et l’amoureux de bon son c’est à la vie, à la mort : à 44 ans, il a amassé un véritable trésor musical. Plus de 5.000 disques vinyls, composés principalement de maxi 45 tours (3.570 environ). Des disques souvent joués en night club, car d’une durée plus longue que les 45 tours « ordinaires ». Parmi tous ces disques, des pépites : une belle collection de la « Mano Negra », les premiers disques de Céline Dion ou des titres cotés de Mc Solaar, sans oublier le groupe local « Ivanov » qui lui a dédicacé « Les Nuits sans sommeil ». « Certains peuvent atteindre 200 € » confie-t-il, mais la plupart sont chinés dans des vide-greniers, des brocantes ou sur internet. La passion a ses raisons que la raison ne connait pas : « Avec ma femme, nous avons déjà fait l’aller-retour à Saint-Tropez pour acheter un lot de 200 disques ». Idem à Lyon il y a deux ans, où un professionnel se débarrassait d’un lot de 4.000 disques. Avec certes beaucoup de doublons… « Mais je cherche toujours des lots de disques à acheter » (de préférence années 1980 à 2000) confie-t-il, qu’ils viennent de particuliers ou de professionnels. Pour l’instant, le collectionneur ne met aucune limite à sa quête, et passe 1 ou 2 heures par jour à fouiner de bonnes affaires sur internet. « Mes disques tournent aussi au moins une heure chaque jour » explique-t-il : une façon de replonger dans ces « belles années »…et de les faire partager à sa famille et ses amis. « Quand ils viennent, je me transforme en DJ et nous faisons un peu la fête ». Son rêve de gamin devenu réalité n’a pas fini de grandir…

Stéphane Hovaere

Contact : Christian Cluzel 06 40 97 68 96

Souvenirs, souvenirs

Sa collection comprend aussi un grand nombre de bandes originales de séries télévisées (Pause café, Chateauvalon, Maguy, Belle et Sébastien, Dynastie, Dallas, etc.) ou de dessins animés (Goldorak, Capitaine Flam, Candy, Dorothée, Ulysse 31). Des noms qui parlent à beaucoup de nostalgiques des 80’s.

Le king Bob Marley aussi bien représenté…