ImPACtons ! le débat national sur l’agriculture

Mardi 6 octobre, un débat public était organisé à Poligny via la CNDP* sur les orientations à donner à la PAC sur le thème « quelle transition agro-écologique pour l’agriculture ? » Une centaine de personnes (paysans, associations, ONG et même simples habitants du territoire) avait répondu à l’invitation. La Confédération paysanne était représentée par Nicolas Girod, porte-parole national, Steve Gormally porte-parole départemental. En amont de ce débat s’étaient déroulées trois visites de ferme dont le GAEC de Saint-Lamain Légumes bio exploité par David Suarez et Lionel Masson.

0
44

« La conf’ défend un modèle d’agriculture nécessitant une très forte transition du système actuel alors que les autres syndicats représentatifs (3 dans le Jura) sont plutôt sur une forme de conservatisme du système agricole actuel. Pour la confédération, les paysans ne sont que partiellement responsables des situations dans lesquelles ils se trouvent. C’est le commerce international, la loi des marchés, l’ensemble de l’environnement de l’agriculture qui les ont poussés à une certaine intensification et à des systèmes de production très peu viables, très peu transmissibles, et avec peu d’avenir. Beaucoup d’entre eux en sont conscients mais il leur est impossible d’y remédier. Nous devons donc les aider et les accompagner dans cette transition. A la conf’ nous disons les choses telles que nous les pensons sans nous cacher derrière un ” tout va bien”. Les propositions faites actuellement : construction de méthaniseurs, pose des panneaux photovoltaïques… ne résoudront pas le problème » indiquent les responsables du syndicat.

Un débat utile ?

 « Il a le mérite d’avoir eu lieu et il s’est déroulé de manière très cordiale entre les différents syndicats, même s’ils ne se retrouvent pas forcément dans nos propositions. Des propositions pertinentes ont émergé de ce débat. On peut cependant légitimement se poser la question sur la portée qu’aura l’ensemble de ces propositions. Vont-elles permettre d’infléchir ou de nourrir l’écriture du plan stratégique national ? Si l’on regarde les mesures sur lesquelles ont travaillé les 150 citoyens mobilisés sur la question du climat, elles ont été quand soit grandement modifiées soit complètement écartées !».

Des propositions intéressantes

Parmi les mesures entendues à toutes les tables de discussion il en est une, portée également par la conf’ et qui est revenue à multiples reprises : passer, dans le cadre de la PAC, d’un système de soutien aux hectares, où l’on pousse les paysans à s’agrandir pour bénéficier de plus d’aides, à un système d’aide lié aux actifs, favorisant une agriculture pourvoyeuse d’emplois. Ce système permettrait d’aider les petites fermes qui le sont très peu aujourd’hui bien qu’elles aient un rôle important notamment sur des productions locales type maraîchage et distribuées localement.
Fin octobre une action sera menée sur la question de l’accès au foncier et de l’installation. « On vient de vivre chez un nouveau paysan une situation un peu compliquée, explique Stève Gormally,  Il a subi une forte pression pour ne pas être candidat sur certaines terres ». Un débat sera prochainement organisé avec Jean-Marie Sermier.

*CNDP Commission Nationale du Débat Public

*PAC Politique Agricole commune