Ils se sont envoyés en l’air par centaines

Les portes ouvertes de l’aéro-club de Lons-Le-Saunier ont attiré des centaines de curieux. Embarquement immédiat.

57
Stéphane Cerruti et Louis Mathot (de g. à d.), à côté d'un des trois avions du club.

L’aérodrome de Courlaoux a connu une intense activité les 20 et 21 juillet : il faut dire que c’était l’occasion ou jamais de prendre de la hauteur et de planer au sens propre et figuré. Grâce a ses portes ouvertes annuelles, des centaines de curieux ont pu survoler le bassin lédonien et les contreforts du Revermont au cours de baptême de l’air à des tarifs abordables (30 €/ personne). Le président du club, Stéphane Cerruti a également présenté la flotte du club : un Robin DR 400, un Technam P 2002, et un Jodel D 113. « Ces avions permettent de former de nouveaux pilotes, mais aussi de mutualiser les coûts de fonctionnement » a-t-il expliqué. Au lieu de débourser 250.000 € au bas mot pour acquérir un Robin, les 55 membres du club peuvent l’utiliser moyennant environ 140 €/ heure, un tarif réparti entre la carburant (un tiers), l’entretien (un tiers), et l’achat et l’amortissement de l’avion a précisé le président. Mettre l’aviation à la portée du plus grand nombre, c’était aussi l’idée maitresse d’un simulateur de vol plus vrai que nature : reproduisant à la perfection la géographie terrestre et l’immersion à bord d’un cockpit, il a permis à des jeunes de s’initier aux joies du manche à balai.

« Voir le bas d’en haut, c’est tellement beau »

Des jeunes, pilotes cette fois, le club en compte plusieurs, tel Louis Mathot, 18 ans : « Devenir pilote de chasse, c’est un rêve de gosse »…qui se réalise. Ce domblanais a en effet passé le concours d’admission, après avoir déjà validé son permis de pilote privé au club en mai dernier. Félicien Fichet, 19 ans, n’est pas en reste : il a même traversé la France en avion avant d’avoir son permis de conduire. « Je transporte des passagers via l’application Wingly, qui ressemble au Blablacar des airs ». Moyennant une participation aux frais, il est ainsi possible d’effectuer un aller-retour exprès Lons-Lyon pour environ 80 € dans la journée. Son rêve : « Devenir pilote de ligne », via un concours extrêmement sélectif (1% de réussite environ). Sans aller jusque là, le club vous propose d’accéder à la 3e dimension en toute sécurité. Et comme le dit Stéphane Cerruti : « Voir le bas d’en haut, c’est tellement beau »…

Contact : www.aeroclub-lonslesaunier.com