Ils se lancent dans la fabrication de fromages de chèvres

Les deux passionnés ont fait l’acquisition de 35 chèvres. Florian et Carole Vuaillat ont racheté la ferme à côté de chez eux et se sont entendus avec EDF pour utiliser leurs terrains au pied du barrage de Vouglans. « Les Biquettes du barrage » ont ouvert leur boutique début mai.

15

Carole Vuaillat rêvait d’être fromagère. Son mari, Florian, était dessinateur de machines pour les fromageries industrielles. Un jour, leur voisin à Menouille, agriculteur, leur a suggéré de racheter sa ferme.
« On a fait un stage d’initiation pour faire du fromage avec des chèvres. La journée nous a plu, raconte le couple. Nous nous sommes rendu compte que ces animaux sont apaisants et affectueux. »

Des chèvres pouvaient être installées à la ferme, mais il manquait beaucoup de terrains. « A côté de la ferme, il y avait des terrains en friche, appartenant à EDF, poursuit Florian Vuaillat. Nous leur avons proposé de nous les mettre à disposition. Ils ont été emballés. » Les 35 chèvres disposent ainsi de huit hectares et le couple achète du foin aux paysans locaux.

Une fois cette problématique solutionnée, il a fallu se former. Florian Vuaillat a étudié pendant un an à Davayé, près de Mâcon. Il a obtenu son BPREA, brevet professionnel responsable d’entreprise agricole, avec spécialité chèvres.

Des Alpines, une race rustique

« On a monté le troupeau en achetant des chevrettes qu’on a fait grandir, enchaîne Carole Vuaillat. Elles ont fait leurs petits donc c’est la première année qu’on a du lait… » Les chèvres sont des Alpines, une race rustique, qui peut rester dehors jusqu’au 1er décembre. Elles viennent de la ferme de l’école et d’une autre exploitation dans le Mâconnais. Paulette est la première à être arrivée à Menouille. Elle est la chef du troupeau. Toutes les chèvres ont un prénom et ont été parrainées.

Chaque jour, Florian Vuaillat commence par traire ses animaux à 5 h 30. A 6 h 30, il prépare leur parc avec des filets électriques. Il les déplace chaque 24 heures pour éviter qu’elles se parasitent. Une fois prêt, il les amène sur place. A 7 h 30, et jusqu’à 10 h 30, il œuvre à la fromagerie. Le lait ensemencé est mélangé à celui du soir, pressuré quatre heures après et moulé le lendemain matin. Chaque matin, Florian Vuaillat démoule ce qu’il a préparé la veille.

« Les chèvres font du lait jusqu’à mi-décembre, développe volontiers le professionnel. Après, on les tarit et on les laisse deux mois au chaud, sans traite, jusqu’à mise bas. » Le bouc rejoignant les chèvres mi-août, elles mettent bas cinq mois plus tard, mi-février.

Le passionné poursuit sa journée en entretenant les parcs, en s’occupant des chèvres… A 15 h 30, il les ramène à la ferme. A 16 h, il démarre la traite. « A 17 h 30, je ramène le lait, je l’ensemence et je le mets au frais jusqu’au lendemain matin. »

Marchés, visites commentées…

Depuis début mai, le couple a ouvert sa boutique « Les Biquettes du barrage ». « On compte sur la clientèle locale et les touristes. » Leurs produits sont également disponibles sur le marché de Bellignat, le mercredi, de 8 h à 12 h 30 et à l’occasion de marchés de producteurs ponctuels. Cet été, Florian et Carole Vuaillat proposent des visites commentées, le 3 et le 31 juillet, dans le cadre des mercredis dé-paysans. Sur inscription auprès de l’office de tourisme de la Petite Montagne.

Horaires de la boutique les mardis et jeudis de 17 h à 18 h 30, les week-ends et jours fériés de 10 h à 12 h et de 15 h à 17 h.