Il y a trois demi-siècles, Dole était attaquée par les Prussiens

Jeudi 21 janvier, s'est déroulée la commémoration des 150 ans de cette bataille, dont la Ville porte encore quelques traces.

0
168
La stèle du Tumulus. (Crédit photo : Ville de Dole).

Le 21 janvier 1871, grâce à la courageuse résistance des Dolois, la progression prussienne dans son invasion de la France fut retardée.
Lors du conflit entre la France et la Prusse, l’état-major prussien décidait de s’emparer de Dole afin de couper toute possibilité de repli à l’armée française de Bourbaki, partie secourir Belfort. Mais les Dolois décidèrent de résister.
300 hommes armés se rassemblaient place Grévy, cependant, face à l’ennemi, les habitants ne peuvent lutter et hissent le drapeau blanc.
C’est sans compter sur ceux qui refusent de se rendre ! L’hôtel de Lyon (le Chandioux) devient alors le théâtre de nouveaux combats.
Le général prussien Koblinski demande à rencontrer le maire de Dole, qui reste introuvable.

« Si vous me faites fusiller, ce sera un bougre de moins »

De gauche à droite : Luc Barthelet, Jean-Philippe Lefèvre, Jean-Baptiste Gagnoux, Jean-Marie Sermier, se sont rendus à la stèle du Tumulus, ainsi qu’au monument aux morts et devant le carré prussien du cimetière de Landon pour rendre hommage aux soldats et aux civils dolois morts lors de cet événement. (Crédit photo : Ville de Dole).



C’est donc Louis Robert, conseiller municipal, qui s’avance et représente la ville.
Koblinski, furieux, menace d’incendier la ville et de tuer Louis Robert.
Ce dernier s’esclaffa : « Si vous me faites fusiller, ce sera un bougre de moins ». Déconcerté, le général décide de le laisser en vie et la ville fut sauvée de la destruction en échange d’un tribut de 90 000 francs.
Ainsi s’acheva la journée du 21 janvier 1871. La courageuse résistance doloise aura finalement permis de retarder la progression prussienne.
C’est pour commémorer cette date historique, que Jean-Baptiste Gagnoux, Maire de Dole, Jean-Marie Sermier, Député du Jura, Jean-Philippe Lefèvre, conseiller délégué à la culture et Luc Barthelet, délégué départemental du Souvenir Français, se sont rendus à la stèle du Tumulus, ainsi qu’au monument aux morts et devant le carré prussien du cimetière de Landon pour rendre hommage aux soldats et aux civils dolois morts lors de cet événement.