Il y a 130 ans dans le Jura… un chien enragé à Rochefort

0
219

Semaine du 21 au 27 juin

Le 26 juin 1891, les lecteurs du Petit Comtois purent prendre connaissance d’un fait bien regrettable. À Rochefort, deux personnes furent blessées par le chien enragé du curé. La première, Madame Lance, quarante-sept ans, fut mordue à la jambe lorsqu’elle passait devant la cure du village. Le canidé rentra ensuite chez son maître, avant de se jeter « sur la domestique, Madeleine Faure, et [il] la mordit également à la jambe ». Il prit ensuite la fuite.

Une hypothèse fut alors faite : il fut possible que le chien du curé ait été mordu « il y a un mois environ, par un de ses congénères, atteint de cette maladie, et qui a été abattu dans cette commune ».

Bien que Louis Pasteur (1822-1895), dont le bicentenaire de la naissance approche, ait mis au point le vaccin contre la rage en 1885, cette maladie demeurait dans nos campagnes en 1891. Une différence est toutefois notable par rapport à avant l’invention du vaccin. Dans ce cas, « M. le curé de Rochefort, [prit] ses dispositions pour envoyer les deux victimes à l’institut Pasteur », inauguré quelques années plus tôt, en 1888.

Trois ans après cet article, le 19 octobre 1894, face à la quantité de communes portant ce nom, Rochefort devint Rochefort-sur-Nenon par décret présidentiel.

Le Petit Comtois, 26 juin 1891, n°2876, p. 3.