Il y a 130 ans dans le Jura… le Jura en proie à la misère

0
464

Semaine du 26 avril au 02 mai

« [L]es vols se multiplient dans le Jura avec des proportions inquiétantes. Ils ne peuvent être attribués qu’aux misères intenses occasionnées par les manques de récoltes et le terrible long hiver que nous venons de traverser », précise un rédacteur du Petit Comtois, d’après un article du Progrès de Lyon.

Et pour cause, les cas de délits furent nombreux à être relevés. À Dompierre par exemple, un carreau de la fromagerie fut brisé et la montre de l’artisan disparut, là où à Verges, pour la seconde fois, la serrure d’une cave fut forcée et du vin, du lard, de l’huile et du fromage furent volés. La liste des faits malveillants commis en avril 1891 ne s’arrête pas là. À Cesancey, un vol de denrées fut aussi perpétué. À Courlaoux, un individu entra chez un homme et lui emporta « une paire de brodequins tout neufs ». À Fontenay, un homme vola 200 pieds de replants. À Onoz, une charrue disparut. À Morpain, une volière fut vidée. À Salins, une montre et une chaîne en or furent dérobées. À Villers-Farlay, « pendant que Mme Gros, épicière, [était] occupée dans son magasin, un malfaiteur entr[a] dans sa cuisine et s’empar[a] de 55 fr. ».

Pire encore, à Monteusel, un tourneur de 64 ans décéda seul sur son lit. « Les premières constatations indiquaient qu’il est mort de faim et de froid ».

Dans un monde de Cocagne comme le nôtre, il est difficile d’imaginer qu’il y a un siècle sur nos terres, des personnes pouvaient littéralement mourir de faim. Contrairement à maintenant, il y a un 100 ans, les productions alimentaires n’étaient pas suffisantes.

Bien que nous évoluons dans une société d’abondance alimentaire, près de 690 millions de personnes dans le monde souffrent de la faim, d’après l’ONG Action contre la faim (alors que dans l’intervalle, pour la France seulement, plus de 300 kg de déchets alimentaires sont jetés, en moyenne, par seconde). Le prix du capitalisme !

Le Petit Comtois, 27 avril 1891, n°2817, p. 3. & Le Petit Comtois, 29 avril 1891, n°2819, p. 3.