Il y a 130 ans dans le Jura… le décès d’un artiste comtois

0
1080

Semaine du 13 au 19 juillet

Né le 26 août 1821 dans le petit village de Boulot, en Haute-Saône, Pierre-Auguste Belin et sa famille déménagèrent, des années plus tard, à Dole. Inscrit à l’École de dessin de Désiré Besson (1795-1864), Pierre-Auguste Belin devint, selon M. Ruffier, « son élève préféré ».

Bientôt, le talent de ce jeune dessinateur l’entraîna à Paris, où il se révéla particulièrement brillant. En coopération avec Charles Philipon (1800-1862), il créa l’hebdomadaire humoristique le Journal amusant. Selon le discours de l’adjoint M. Ruffier prononcé lors des obsèques de Pierre-Auguste Belin en juillet 1890, « Dans le même temps, il fonde un atelier où Gill, Grévin, Chevet ont reçu la première initiation, et sont devenus ces dessinateurs habiles dont les œuvres inimitables sont l’envie de nos voisins et la gloire de notre pays ». En parallèle, il illustra des œuvres littéraires et peignit des aquarelles. Pierre-Auguste Belin fut donc un artiste relativement actif et renommé au XIXe siècle.

Le 16 juillet 1890, à l’âge de soixante-huit ans, il décéda à Dole. Trois jours plus tard, le 19 juillet 1890, un rédacteur du Petit Comtois indiquait que la veille avaient eu lieu, à Dole, « les obsèques d’Auguste Belin, artiste de valeur ».

De nos jours, des œuvres de celui-ci sont notamment conservées au Musée des Beaux-Arts de Dole.

Le Petit Comtois, 19 juillet 1890, n°2536, p.3. & Le Petit Comtois, 20 juillet 1890, n°2537, p. 5. (d’après V. B.).