Il y a 130 ans dans le Jura… elle tente d’incendier la maison de ses beaux-parents

0
121

Semaine du 12 au 18 avril

Le 17 avril 1891, un rédacteur du Petit Comtois rapporta dans un article une tentative criminelle d’incendier une maison avec des allumettes de contrebande. Un jour d’avril 1891, à Rye, la fille R. découvrit « dans son écurie une liasse d’allumettes de contrebande à moitié consumées ».

Suite à la loi du 2 août 1872 déclarant comme monopole de l’État la fabrication et l’importation des allumettes, un réseau illégal se mit en place. Des allumettes furent alors fabriquées artisanalement, notamment en milieu rural. L’article évoqué est révélateur de cette réalité.

La fille qui trouva ces allumettes consumées en avertit le parquet de Dole. Rapidement, la belle-sœur de celle qui avait découvert les allumettes fut suspectée, puisqu’elle vivait « en très mauvaise intelligence ». Elle avoua sa tentative « d’incendier la maison de ses beaux-parents pour se venger des misères qu’ils lui avaient faites ». Âgée de seulement vingt-deux ans, cette mère de famille fut écrouée à la prison de Dole. Beau-papa et belle-maman eurent chaud…

Le Petit Comtois, 17 avril 1891, n°2807, p. 2.