Il y a 130 ans dans le Jura… des enseignants jurassiens rencontrent Jules Ferry

0
50
Semaine du 13 au 19 septembre
Lors de l’enterrement de Jules Grévy (président de la République française de 1879 à 1887) le 14 septembre 1891 à Mont-sous-Vaudrey, des membres du corps universitaire du Jura firent le déplacement. Lorsque ceux-ci apprirent que Jules Ferry, notamment ancien ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts et ancien président du Conseil des ministres, était présent dans le cortège, ils demandèrent au recteur de le leur présenter. Le recteur accepta de leur présenter cet homme qui eut « une affection et une sollicitude si remarquables et si persévérantes pour l’Université ».
Le recteur mit alors en relation Jules Ferry et le personnel de l’enseignement secondaire et primaire présent. Il s’adressa ainsi envers l’ancien ministre : « Les membres de l’enseignement primaire et secondaire du Jura, venus ici pour rendre un suprême hommage à un grand citoyen qui fut l’un des fondateurs de la troisième République, m’ont prié d’être leur interprète pour saluer en vous non seulement l’un des plus courageux ouvriers de la première heure dans la défense et la consécration des libertés publiques, mais aussi et spécialement le ministre qui, à diverses reprises, a si bien mérité de l’éducation nationale et dont l’Université conserve un souvenir profond et reconnaissant ».
Avec la promulgation des lois Ferry (1881-1882) rendant l’école gratuite, laïque et obligatoire, le nom de cet ancien ministre de Jules Grévy est aujourd’hui passé à la postérité pour sa contribution dans l’éducation des Français.
Après cette présentation, Jules Ferry remercia le corps universitaire présent et minimisa son rôle, au profit de celui du défunt président. « Cette allocution fit une profonde impression sur les auditeurs, qui conserveront le meilleur souvenir de cette entrevue avec un homme qui, malgré toutes les vicissitudes de la politique, restera toujours cher aux amis de l’enseignement ».

Le Petit Comtois, 17 septembre 1891, numéro 2959, pp. 2-3.