Grands mots… Grands remèdes…

Jeux de plage… La Charade

186

Mon premier est le petit cube d’un jeu hasardeux et très ancien. César en fait mention le 10 janvier 49 avant J.C. quand il dit avant de franchir le Rubicon, manœuvre sacrilège : « Alea jacta est ». Les aléas de mon tout vont nous faire savoir bientôt que ça n’était pas un jeu et qu’il y aura des perdants parmi ceux qui l’auront joué comme des (mon deux) ou comme des (mon premier + mon quatre).

Mon deux s’est particulièrement mis en valeur pendant ces moments difficiles. Il vous sera facile de le reconnaitre alentour quand il avance vers vous, pas même masqué, dans les espaces publics où parfois l’on se (mon deux + mon trois) par respect pour autrui ou obligation. On le reconnait aussi à ce que dernièrement il a souvent pris le (mon deux + mon trois + mon quatre) par-dessus la jambe. Au risque de se faire une entorse. Au règlement.
Mon trois est comme il nous aurait fallu la jouer si nous n’avions pas été à ce point (mon deux).
Mon quatre est ce que fait mon deux quand il pense le faire (mon trois + mon quatre) alors que tout le monde scientifique le (mon un + mon quatre).
Mon tout nous ramène tout droit à (mon deux + mon trois + mon quatre) quand on a réussi à la rater.

Mon tout deviendra le mot de l’année. Mais on ne sait pas encore de quelle année…

C’est le dé-con-fine-ment.

Bonnes vacances !