Grands mots… Grands remèdes…

Cher Père Noël,

310

Dis papy, pourquoi les gens ils sont en colère et ils marchent tous dans la rue en criant ?

Je n’étais pas vraiment son papy mais j’aimais faire la conversation avec Noam. C’est la démocratie, petit ! Les gens sont très occupés alors ils choisissent des gens pour faire à leur place. Ils choisissent les meilleurs pour faire des lois qui les protègent, qui leur donnent plus de bonheur. On a la chance d’être dans un pays riche. On doit faire le bonheur de tous.

Oui papy, c’est bien !

Mais ça n’est pas toujours facile… Parce que ceux qu’on a choisi font de très mauvaises lois alors il faut tout faire pour les en empêcher et même si possible les mettre à la porte.

Ah ! Bon ! Mais il va en venir d’autres !

Oui, bien sûr ! Il faudra qu’on en choisisse d’autres. Et là pareil : les meilleurs possible.

Noam continuait de jouer avec son auto métallique qui grinçait sur le parquet. Il m’avait rebeuillé comme si j’étais à la fin de ma vie. Je choisis de changer le décor : Et toi, Noam, tu veux quoi pour Noël ?

Je veux un habit de défilé rouge et un autre jaune avec une casserole et un marteau pour taper dessus et aussi des pneus et des palettes en bois et des allumettes, beaucoup d’allumettes. Et aussi un machin noir pour mettre sur ma tête pour pas que maitresse Nicole me reconnaisse.

Maitresse Nicole ? Je croyais qu’elle était en retraite !

J’étais penaud. Ça n’était pas une réponse adaptée. Il est souvent difficile de trouver les mots pour expliquer aux enfants le monde des adultes.

Il faudra faire ta lettre au Père Noël, Noam !

Joyeux Noël à tous !